Archives pour la catégorie Running

5 jours avant mon premier marathon

La tension commence à se faire ressentir. Ce qui était au départ un challenge commence à devenir un défi presque insurmontable. Je me rends compte petit à petit de la distance que je vais devoir parcourir ce dimanche à Zürich.

42 km en courant. C’est un peu plus de deux fois la distance de chez moi jusqu’à mon travail (40 minutes en voiture…). C’est presque 3 fois la dernière sortie longue que j’ai faite avec mon chéri et ma fille il y a deux semaines… Enfin bref, ces calculs me filent le tourni. Moi qui commence à m’ennuyer au bout de 10 km, suis-je vraiment capable de parcourir une telle distance ? Le doute s’installe… Parce que pour ce premier marathon, c’est vraiment l’inconnue totale ! Le pire, c’est le soir, quand je commence à flipper. Ma fille de 3 ans me dit : « mais faut pas avoir peur, si ça va pas, tu marches ! » La sagesse des enfants ! ❤

unnamed

A cela s’ajoute les questions d’alimentation pré-marathon et surtout, durant le marathon. Jusqu’à maintenant, j’ai continué à m’alimenter normalement (comme un petit oiseau, ce qui veut dire, pas assez). Je vais commencer une cure de spiruline (ya bon ça !) à partir de ce soir (oui parce que j’oublie tout le temps d’en prendre alors que c’est super bon pour la santé…). Le mec du magasin Powerfood m’a conseillée de manger plusieurs fois par jour une poignée de mélange fruits secs-noix, histoire d’avoir une bonne réserve le jour de la course (glucides, lipides, fibres) et c’est sans rancune que je mangerai une bonne pizza jeudi soir 😀 Je vais aussi commencer un régime de pâtes (al dente) et de riz (histoire d’éviter une bonne chiasse le jour-J… mode glam off). Il paraît qu’il faut bien boire aussi… Là, j’ai énormément de progrès à faire. Aujourd’hui, je vais me forcer à boire au moins 4 gourdes (3 litres). Là, je me dis que je suis pas trop mal si j’applique tout ça. Le jour de la course, soit à 5 h du mat (en respectant les 3 heures de digestion avant une course), je prévois de me préparer des muffins au chocolat sur-protéinés et de boire de l’eau pour être bien hydratée. Je vous ferai part lors de mon compte-rendu de course si mes intestins auront apprécié…

papoleon_velo

Ensuite vient tout ce qui est entraînement pré-marathon. Pour ces questions-là, comme pour les questions d’alimentation, il y a à boire et à manger sur Internet… Bref, pour ma part et surtout parce que j’en ai sec de ces entraînements pré-marathon qui, je dois l’avouer, me saoulent royalement (c’est officiel, je hais la course à pied sur bitume !), j’ai décidé de faire repos course à pied complet durant cette dernière semaine sachant qu’il y aura assez à faire le jour-J… Par contre, je vais faire chaque jour (sauf hier…) une petite sortie vélo de 20 km tranquillou pilou en mode super touriste juste pour faire tourner les jambes et faire travailler un peu mon pauvre cœur.

Pour ce qui est de la course en elle-même, la grande inconnue se poursuit… Comment se nourrir pendant un marathon de plus de 4 heures ? De par le fait que mon corps supporte très mal la grande majorité des gels pour le sport bourrés de saletés en tout genre ainsi que les boissons de type Isostar, Gatorade,… et que je n’ai absolument pas confiance en les trucs qu’on nous propose pendant les ravitos (sachant qu’une orange pas bio me causera une migraine à contrario d’une orange bio et comme c’est pas marqué sur le quartier je préfère éviter de bousiller ma course), je vais continuer avec ce qui me va très bien :

  • Sponser Liquid Energy
  • Sponser Liquid Energy Salty
  • De l’eau
  • Des pâtes de fruits bio Punch Power

A1nBUwNDzNL._SL1500_

Sponser est pour l’heure la seule marque qui ne m’a pas encore rendue malade après (ou pendant) une course et que je supporte très bien. En plus, le packaging des Liquid Energy est super pratique dans le sens où le bouchon est refermable après une première utilisation, ce qui est loin d’être le cas pour tous.

sponser-liquid-energy-gel-neutral-70g-2418.thumb_400x390

La question qui me turlupine est comment doser tout ça pendant la course. Je pars du principe que vaut mieux trop que pas assez… Sponser préconise de prendre la moitié d’un tube de Liquid Energy toutes les 20 minutes, sachant que j’en ai très certainement pour 4h30… Si je compte bien, ça m’en ferait presque 7 à transporter… Plus les salty à côté… Enfin bref, je me dis qu’avec, par heure, 1 Energy + 1 salty + 1 pâte de fruits, ça devrait faire l’affaire… Au pire, il y a les ravitos… pour fixer tout ce fatras, j’ai investi dans une ceinture porte-dossard ET porte-gels… Pratique ! Je transporterai également mon sac à dos Camelbak (tellement confortable !) avec une contenance de 1,5 litre d’eau. Avec ça, il dispose de petites poches à l’avant des bretelles pour mes gels de secours et mon portable. On pourrait croire que je suis chargée comme une mule mais je ne pense pas que ceux qui courent le marathon en 2 heures aient besoin d’autant que celui qui courent en étant au bout de sa vie pendant presque 5 h, autant être équipé… Parce que c’est bien comme ça que je la sens cette course 😀 Et pour l’après course (si j’y arrive…), je prendrai une barre de protéines, de l’eau et peut-être une pizza géante…

Du sport, encore du sport !

Encore une magnifique semaine qui a commencé avec un lundi piscine-raquettes. J’ai nagé mon kilomètre à la piscine du Nid-du-Crô. J’ai ensuite poursuivi avec 12 km de raquettes à neige. Le temps était juste parfait avec un magnifique soleil pour guider mes pas du Mont-Soleil au Mont-Crosin.

Un bon petit cours de body pump

Le mardi, j’ai décidé d’enfin remettre mes runnings et je suis allée faire mes 10 km sous la pluie. Même pas peur ! Par contre, bonjour les courbatures ! Et comme j’avais pas encore ma dose de sport, j’ai enchaîné avec une bonne séance d’1h de body pump. Ce jour-là, l’heure était grave, je devais me décider si je voulais charger ma barre à 20 kg pour les squats (ouais c’est pas énorme mais en pump, tout paraît plus lourd au bout de plusieurs séries sans phase de récup…). Depuis peu, nous avons de nouvelles barres et de nouveaux poids auxquels il faut s’habituer. Mais en même temps, charger à 20 après 10 km de course à pied, c’était pas une bonne idée. Je suis restée à 17 et c’était pas si mal étant donné que c’est précisément ce jour-là que le nouveau cours 105 de Lesmills débutait (purée je déteste quand ils font ça). Du coup, nouvelle « choré ». Je sais pas si c’est à cause de ma sortie d’avant ou juste parce que nous avons désormais de vrais poids sur les barres, mais j’ai cru que j’allais mourir. Enfin bref, plus de pump après de la course à pied O_O

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le jeudi, je remets ça avec une séance de natation suivie d’une sortie càp de 10 km. Je sens que mes muscles sont au bout de leur vie et j’ai l’impression de peser 4 tonnes… Le problème est simple, je ne m’alimente pas assez et surtout, sous néglige fortement mon apport en protéines avec des repas relativement déséquilibrés. Problème qu’il faut absolument que je règle.

Ces temps, j’ai carrément laissé tomber mon régime « presque végétalien ». Je sais pas pourquoi, j’ai une envie de dévorer des quantités d’œufs alors que ça m’écœure. Pourtant, dès qu’il en reste un dans le frigo, je le dévore ! Alors juste après le pump du mardi, j’ai décidé d’aller dans un Powerfood (Crissier). Et là encore, j’ai toujours eu beaucoup d’appréhension avec ces boîtes de protéines. Mais je veux des protéines !

En fait c’est très simple, je ne mange pas assez et pas assez bien. Pour faire simple, malgré le fait que je mange comme une personne normale (plus ou moins sédentaire), à savoir 2 repas « normaux » et un petit déj plus que simpliste (5 dl de lait de riz avec du cacao et une tartine…), je suis sous-alimentée (je brûle plus de calories que je n’en consomme) et j’ai tout le temps la dalle. Réaction de mon corps, à défaut de ne plus pouvoir taper dans la graisse, il tape dans les muscles et ça fait mal ! Oh oui ! Et j’en ai super besoin de mes muscles qui ont un mal fou à récupérer. Dans mon magasin bizarre, j’ai quand même eu les conseils d’un mec qui semblait averti et super sympa (j’espère), lui-même gros consommateur puisque footballeur US. Donc j’ai pris plusieurs trucs pour « essayer ».

20180308_144008

J’avais besoin de quelque chose pour booster mon petit déj. A partir de maintenant, c’est shaker d’un mélange de deux poudres bio et vegan de la marque Purasana : Betteraves rouges (riches en vitamines A, B, C, potassium, magnésium, super pour les crampes, et de fer) et la formule sport (protéines de chanvre, poudre de maca, de spiruline, de guarana, de lucuma, de cacao et de baies d’açai). Bref, le tout, 100 % naturel.

Pendant l’entraînement, le mec du magasin m’a conseillée de mettre de la BCAA (acides aminés) dans l’une de mes gourdes (difficile à faire avec le Camelbak, il va falloir trouver un truc). Ce que j’ai fait aujourd’hui lors de ma sortie vélo de 100 km.

Les BCAA sont des acides aminés qui, au niveau structurel, constituent approximativement un tiers des protéines du muscle squelettique. En plus de leur rôle de matériaux de construction, ils interviennent également dans différents processus biologiques importants lors d’un effort, trois notamment :

  • lors d’une course de longue durée, l’organisme utilise les BCAA des muscles pour produire de l’énergie, induisant ainsi une dégradation de l’architecture de nos muscles. Or, les études scientifiques montrent que consommer des BCAA pendant un exercice permet justement de diminuer cette dégradation ;
  • la consommation de BCAA pendant l’effort peut être bénéfique pour économiser le glycogène musculaire. Il est important de souligner qu’une diminution importante de ce carburant entraîne l’apparition de la fatigue et potentiellement l’arrêt de l’exercice. Ainsi, toute stratégie qui vise à économiser les stocks de glycogène pendant un effort sera intéressante pour améliorer la performance;
  • l’apport de BCAA pendant un effort de longue durée est intéressant pour agir sur ce que l’on appelle la fatigue centrale. En d’autres termes, la consommation de BCAA pendant ce type d’effort peut diminuer la « fatigue nerveuse ». Ainsi, en conservant un certain niveau d’excitation pendant l’effort, la prise de BCAA pourra contribuer à améliorer la performance et/ou la sensation de bien-être en course. Plusieurs études ont été conduites sur ce sujet.

Source : Nicolas Aubineau

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ma course est donc terminée et… ça va ! En fait c’était pas simple de faire cette sortie avec le vent dans la figure. J’avais vraiment les jambes qui brûlaient. J’alternais régulièrement entre ma gourde d’eau et ma gourde de BCAA (qui a d’ailleurs super bon goût 🙂 ). J’ai également pris régulièrement (toutes les 30 minutes quand je n’oubliais pas…) mes gels Sponser ainsi que mes pâtes de fruit (purée bonjour le glucose !). J’ai fait une pause à 50 km pour manger mon sandwich (non, je n’étais pas du tout en condition half-ironman…).

Juste après être arrivée (les fameuses 30 minutes fatidiques pour la prise de protéines), j’ai bu mon shake contenant 15 g de protéines (pourquoi ces trucs sont toujours autant dégueulasses ?). Je préfère ne pas en abuser pour le moment tant que je ne connais pas approximativement ma consommation réelle de protéines par le biais de mon alimentation normale (une surconsommation de protéines serait mauvaise pour le foie et les reins mais je ne me suis pas encore beaucoup renseignée sur la question du coup, je préfère ne pas prendre de risques), surtout que j’en reprends 15 g le soir (suivant mon repas du soir) avant de me coucher. Bref, je me suis bouchée le nez et j’ai bu péniblement cette poudre saveur vanille. J’ai choisi d’essayer la poudre IronMaxx 100% PEA Protein (vegan car les protéines sont issues de pois, sans aspartame, sans gluten, sans lactose et sans conservateur).

Bref, à voir si je récupère plus vite et si j’ai moins de courbatures durant les prochains efforts sportifs. En tout cas, je me sens pas trop mal après ces 100 km 🙂 Les protéines permettront de réparer les fibres musculaires, de nourrir mes muscles et de pouvoir enchaîner les entraînements sur la semaine, ce qui n’est pas du luxe à une quarantaine de jours de mon premier marathon. J’ai vraiment hâte de voir si ça marche 🙂

Premier constat du samedi 10 mars : Sur la semaine, j’ai fait environ 2 km de natation, 12 km de raquettes, 20 km de course à pied et 101 km de vélo. Je suis assez surprise de constater qu’aujourd’hui, hormis une douleur à la nuque (normale après ma toute première sortie de vélo de l’année) et un possible réveil de mon fascia lata gauche qui ne me fait pour l’instant mal que lorsque je le masse (ce matin, reiki, massage et pose de glace), aucune douleur musculaire ! J’ai presque envie d’aller me faire un 10 km supplémentaire 🙂 Bref, je ne pense pas que ce soit psychologique car généralement, après des sorties longues, j’ai des courbatures pendant 2 jours et là, rien ! Je pense que mon léger apport supplémentaire en protéines et la prise de BCAA pendant la sortie d’hier a quand même aidé au fait que je me sente en forme le lendemain 😀

❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

Mon matériel de sport

Un jour, j’ai décidé de me mettre sérieusement au sport (en octobre 2016 précisément), je me suis donc offert ma première tenue de running, pas chère, car il était évident pour moi, partisane du moindre effort physique que je n’allais pas tenir sur la durée.

Sauf qu’au final, il faut croire que je m’y suis pas trop mal pris (merci Runkeeper) et je ne me suis pas dégoûtée comme la fois précédente car oui, j’avais déjà essayé de me lancer en running mais ce fut un cuisant échec. Cette fois, je me suis accrochée et j’ai tenu la barre jusqu’à mon premier gros but, ce dimanche, avec mon premier semi-marathon.

Depuis, il faut dire que mes prétentions ont été revues à la hausse avec ce gros besoin de pousser la machine encore plus loin. J’ai fini de balancer du poids depuis ma petite montgolfière. C’était mon but il y a un an. Passer de 75 à 65 kg. Aujourd’hui, mon poids de forme stagne entre 63 et 64 kg. J’ai perdu beaucoup de poids mais j’ai aussi beaucoup gagné en cardio. Avec l’entraînement triathlon, j’ai harmonisé l’ensemble de mon corps. J’ai donc tout naturellement rajouté la natation, le vélo et la musculation. Je dois avouer qu’aujourd’hui, mon sport préféré est le vélo, du coup, j’investis un peu plus dans ce sport 🙂 Mes premiers tri débuteront l’année prochaine après mon premier marathon à Zürich. Si je finis le marathon, je m’inscris à l’half de Rapperswil en 2020 😀 (ça pue le pari à la con que tu vas regretter…)

Comme je ne suis pas très en forme ces derniers jours et que je ne sais pas trop quoi faire, j’ai décidé de me lancer dans un nouvel article sur le matériel de triathlon (encore !). Oui, en fait, mon matériel a un peu changé entre mon lancement dans le sport et aujourd’hui, où je suis vraiment devenue une mordue. Je vis sport, je respire sport, je sue sport, je dors sport (surtout avant mes courses…). Je me suis quand même calmée dans le sens où je n’ennuie plus ma famille avec ça et que j’ai des horaires rigoureusement fixés pour chacun de mes entraînements ce qui évite de se prendre le chou pour chaque sortie. Je suis allée chercher la dernière chose qui me manquait cruellement pendant mes entraînements de vélo, les lunettes ! Je me suis donc rendue dans mon magasin préféré (Cycling Shop à Echallens). Et là, je tombe sur deux mecs (le vendeur et un client) qui commencent à parler d’Ironman. Autant dire que si j’avais été un chien, mes oreilles se seraient redressées immédiatement. Deux triathlètes dans le même magasin que moi et pas des moindres ! La banane ! Ils remarquent que je les écoute attentivement parler de leurs exploits à Nice et à Roth (je sais, c’est malpoli) et me demandent si je fais aussi du triathlon. Je leur dis un peu honteusement que je suis en mode préparatoire et que je commencerai la saison prochaine (je suis un bébé qui vient de naître quoi…), que mon premier Half est plus ou moins prévu à Rapperswil pour 2020 🙂 Ça n’a pas l’air de les choquer 🙂 Quel kiff de parler tri avec des gens passionnés. Du coup quand deux hommes de fer te disent que le photochromique, c’est merveilleux, ben zut ! Donc j’ai trouvé mes lunettes qui m’ont coûté un peu plus cher que prévu mais qui sont trop belles 🙂

Mais personne ne m’avait dit que le triathlon, ça coûtait une blinde au lancement 🙂 Mais comme on dit : quand on aime, on ne compte pas !

Alors aujourd’hui j’en suis où avec mon matériel ? Je vais commencer par la course à pied, puisque tout a débuté par là il y a une année aujourd’hui :

IMG_E3850

  • J’ai une petite collection de t-shirts gagnés lors de mes courses et un que j’ai reçu lors de mon inscription au club de tri. J’en ai 6 au total. j’ai gardé les plus beaux et j’ai donné les autres. Je n’ai pas besoin d’investir là-dedans, c’est le seul avantage financier de la course à pied 🙂
  • 3 pulls lorsqu’il commence à faire frais
  • 2 vestes coupe-vent et étanches
  • 1 gilet 
  • 1 legging et un short
  • Une compression pour mon genoux droit qui bug de temps en temps (que je n’ai d’ailleurs plus utilisé depuis longtemps).
  • Mes Compressport (anti-jambes lourdes)
  • Des gants
  • Un bandeau quelconque et un « Buff »
  • Une ceinture porte-dossard
  • Des lunettes de chez DK
  • Mon gel Meltonic et sa fiole rechargeable
  • Un Camelbak pour les longues distances et une ceinture Nathan pour les plus courtes.
  • Et évidemment, mes chaussures Brooks Launch 3 et Glycerin 14

Pour la salle :

IMG_E3848

  • Un sac
  • Mes écouteurs Jabra Elite Sport
  • Ma ceinture cardio Suunto (que j’utilise pour tous les autres sports)
  • Ma carte de membre
  • Un déo et un shampoing (les linges sont fournis par la salle ❤ )
  • 2 brassières (utilisées  aussi pour les autres sports)
  • 1 paire de baskets
  • 3 tops
  • 3 leggings

Pour la natation :

IMG_E3849

  • Un sac (cela me permet d’avoir un sac distinct dans le coffre de ma voiture pour la piscine et le fitness avec toutes les bonnes affaires à l’intérieur (surtout cartes d’abonnement et cadenas pour la piscine. Cela m’évite de payer des nouveaux cadenas et des entrées dans le vide parce que j’ai oublié l’un ou l’autre et comme je suis tête en l’air, cette organisation est parfaite).
  • Ma carte d’abonnée, mon cadenas et mon shampoing
  • Un linge
  • Un maillot de bain
  • Des plaquettes
  • Un pull-buoy
  • Une planche
  • Des palmes
  • Un bonnet
  • Un filet pour ranger le matériel
  • Mes lunettes Zoggs Predator Flex (une merveille).

Pour le vélo :

IMG_E3847

  • Mon vélo Cube (qui n’est pas sur la photo mais que vous pouvez voir sur mes articles « vélo »)
  • Un casque Dell (ça me fait trop penser à la boucherie Bell…) que je vais tantôt remplacer par un Ekoï aux couleurs de mon vélo (avec un drapeau suisse et mon nom dessus, le pimpin dans toute sa splendeur ❤ )
  • Mes magnifiques lunettes photochromiques NRC X2 avec des verres Zeiss ❤ aux couleurs de mon vélo (ben vi quoi…).
  • Un Buff
  • Des manchons pour les jambes et les bras
  • Des gants d’été et d’hiver
  • 2 tenues d’été
  • 1 tenue d’hiver
  • Une veste de pluie
  • Des kits de réparation de roue
  • Des petites fournitures vendues avec mon vélo
  • Mes chaussures Northwave
  • 2 gourdes (pas sur la photo)
  • 1 pochette de selle (pas sur la photo) pour mettre mon matos de réparation
  • 1 petit sac Camelbak Dakine pour les longues sorties (pas sur la photo)

Pour la natation en eau libre :

IMG_E3851

  • Ma combi Aquaman Bionik
  • Une trifonction Orca
  • Une bouée SaferSwimmer. C’est une bouée multifonction ultra pratique qui se gonfle (haha) et qui permet de s’accrocher si on est loin du rivage avec une crampe ou qu’on a besoin de se reposer. C’est fluo et permet donc aux autres de vous voir et surtout, c’est un sac complètement étanche qui permet de transporter tout ce qu’on a pas envie de se faire chouraver sur la plage pendant qu’on nage (clé de voiture, téléphone, linge, vêtements,…). Bref, c’est L’accessoire ultime en eau libre que je recommande à tout le monde 🙂

J’ai mes marques de prédilection pour les entraînements. Pour la course à pied, la natation et le fitness, je suis totalement dévouée à Nike, Craft et 2XU, des marques que j’adore au niveau du style, du confort et de la qualité. Pour le vélo, je garde Craft, Marcello Bergamo et Pearl Izumi (coup de cœur pour Pearl qui fait vraiment des vêtements très beaux et bien taillés, mais surtout, très chers… 😦 ).

Pour les vêtements de course (trifonction, maillot de course à pied et tenue de vélo), je vais porter les couleurs de mon club de tri auquel je vais essayer de faire honneur 😛 Pour le vélo, c’est du Marcello Bergamo et c’est très bien. Pour le reste, on saura au début de l’année puisque nouveaux sponsors = nouveaux vêtements. Mais je garde espoir pour du Compressport en maillot de CàP et en trifonction 🙂

Quand le mental te lâche

Première sortie d’1h30 Strava pour l’entraînement du semi-marathon. Pour cela, j’ai choisi une nouvelle fois d’aller courir au Chalet à Gobet… Idée moisie… J’ai donc tracé mon parcours de 14 km sur GPSies et je l’ai enregistré dans Suunto. Jusque-là, tout va bien.

Comme il faisait une tiaff du diable, j’ai décidé de commencer à courir à 20h. Idée moisie… Parce qu’évidemment, aucun imprévu n’était prévu dans cette soirée parfaite, ensoleillée et presque fraîche.

Les 5 premiers km dans la forêt du Jorat se passent merveilleusement bien. Cardio tip top, dans un paysage enchanteur avec Agnes Obel dans les oreilles.

Tout se complique lorsque mon GPS m’indique un chemin dans les herbes hautes, dont la dernière personne qui y était passée devait l’avoir fait en 1950… Un terrain de jeu idéal pour les tiques. Je fais le forcing et je passe, sautant comme un cabri en espérant ne pas être la victime tant attendue d’une de ces saloperies de bestioles.  Je retombe sur un chemin de cailloux et je poutse méticuleusement pendant 5 minutes mes jambes. 2 tiques étaient déjà en position de combat sur ma chaussure droite… Je poursuis ma route, plus de réseau donc plus de liaison avec mon chéri qui me suit en direct depuis son ordi à la maison. Plus de musique non plus, seule la Suunto faisait encore parfaitement son job.

Je constate en reprenant ma course que ce chemin moisi n’était qu’un « raccourci » qui retombait pile poil sur la route en cailloux… Super ! J’ai failli me chopper la maladie de Lyme juste pour gagner 1 minute de course… Respire…

Puis c’est le début du drame. Nouveau chemin en herbes hautes. Cette fois, j’envoie balader GPSies et ses itinéraires à deux balles et je continue le chemin de cailloux. Il faut dire que la forêt du Jorat, c’est un super labyrinthe. Il y a des chemins partout ! Mais hors de question de repasser dans les broussailles et de me faire piquer. Vers les 21h, j’arrive à Froideville après avoir fait plusieurs fois demi-tour pour trouver le bon chemin (forcément, je n’écoute plus mon GPS). J’ai plus de 10 km dans les pattes, une sorte de gastro qui me provoque des crampes d’estomac monstrueuses depuis la piscine du matin et la nuit commence méchamment à tomber en pleine forêt.

Je viens de me faire une montée de malade après être descendue dans la forêt entre les arbres pour retomber sur un chemin, c’est carrément du trail. Je suis un type qui court aussi et je me dis que la civilisation n’est pas loin. Et là, c’est le big drame. Je vois un chemin qui redescend un peu en direction de mon point de départ. Je n’ai qu’une envie, retourner à ma voiture et rentrer chez moi. Je ne suis pas fatiguée, j’en ai juste marre. C’est la deuxième fois que je fais un parcours au Chalet à Gobet et que je me plante grâce aux itinéraires de GPSies. Je prends donc ce chemin qui descend à pic pour me rendre compte qu’il tourne méchamment dans la direction que je ne veux surtout pas prendre. Je comprend que je suis entrain de me diriger vers le début de la grosse montée que je viens de me farcir…

Complètement à bout, je commence à pleurer méchamment. D’angoisse. Je n’arrive plus du tout à respirer. Je crois faire une crise d’asthme (moi qui n’en fait jamais) sur un chemin que personne hormis moi ne dois prendre (ça fait un moment que je suis en mode trek pour retrouver un chemin potable) et il fait bientôt nuit. Je suis perdue et il est 21h15. J’essaie de respirer tant bien que mal, de calmer mes spasmes. Ma petite voix me dit de boire et de respirer en même temps, ça marche. J’appelle mon chéri et je recommence à pleurer. Impossible de remonter la pente sans respirer. Ça recommence. Il me repère sur l’ordi et m’indique le chemin à prendre. De retour sur le chemin, je me mets en mode survie et je reprends la course. Le panneau indique 40 minutes de marche jusqu’au parking. Je le fais en 15 minutes. Pour couronner le tout, j’ai mal aux pieds. Mes Glycerin montrent de gros signes de fatigue. Pas de bol, je suis fauchée… Je crois que je vais en demander pour mon anniversaire 🙂

Au final, je me suis arrêtée un nombre incalculable de fois pour contrôler une éventuelle attaque de tiques, j’ai marché plusieurs fois, j’ai fait ma première grosse crise d’angoisse et ma première course de 14 km…

❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤