Un dentifrice solide maison

IMG_3767

Après les shampoings solides, les savons solides et le déo « presque » solide, je m’attaque désormais au dentifrice solide ! J’ai mis du temps à réaliser à quel point c’est pratique de passer au solide et surtout, c’est écologique et bien plus naturel !

Le dentifrice solide est la suite logique de mon utilisation du shampoing solide qui auparavant, me semblait être une aberration. Aujourd’hui, j’utilise le shampoing solide à la maison et mes cheveux sont tout aussi beaux et propres. Mais j’ai toujours une grosse bouteille de savon dans mon sac de sport, étant donné que le solide, il faut le laisser sécher et c’est compliqué dans mon sac (ok, je me trouve encore des excuses…).

J’ai découvert le dentifrice solide dans mon magasin de vrac à Yverdon. C’est le Crystal de la très jolie marque éthique Pachamamaï. J’étais surtout curieuse de voir comment ça pouvait bien s’utiliser. J’ai pas trop réfléchi et j’en ai pris un.

FullSizeRender 3
Lors de mes petites vacances en solitaire, j’ai pris avec moi mon déo maison dans son petit pot tout petit qui ne prenait quasi aucune place. Il ne m’a pas laissée tomber et il m’a été très pratique. J’ai également emporté le dentifrice Pachamamaï et comme le déo, j’adore le format ultra petit, ultra pratique et son goût particulier. La première fois, j’ai été étonnée par ce goût mentholé un peu « savonneux » et puis au fil des jours, je m’y suis habituée et maintenant, j’adore ! L’utilisation est simple. Il suffit de mouiller sa brosse à dent et de frotter le dentifrice avec. Puis on se lave les dents… On laisse sécher le dentifrice dans un endroit à l’abri de la poussière puis on referme le couvercle.

Le format de Pachamamaï est super lorsqu’on voyage. Ce qui est chouette avec cette marque, c’est qu’on retrouve des recharges pour la boîte => moins de déchets ! Même si je continuerai d’utiliser le Crystal pour mes séjours hors de la maison, j’ai décidé de fabriquer moi-même mes dentifrices et vous verrez, encore une fois, c’est extrêmement simple et bien plus naturel que ce que vous utilisez chaque jour. J’ai repris la recette de Oum Naturel

Il vous faut :

  • 5 g d’huile de noix de coco
  • 5 g d’argile verte
  • 15 g de carbonate de calcium (blanc de meudon)
  • 10 g de SCI (sodium cocoyl iséthionate) que j’ai trouvé sur Aroma Zone, il s’agit de l’agent moussant
  • 10 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée
  • 10 gouttes d’huile essentielle de citron

Mélanger l’argile avec le carbonate de calcium. Ajouter ensuite le SCI et mélanger. Ajouter enfin l’huile de noix de coco et chauffer au bain-marie tout en mélangeant pendant environ 5 minutes.

Pour terminer, ajouter les huiles essentielles, bien remuer et déposer la pâte obtenue dans des petits moules à glaçons, tasser avec les doigts (propres). Puis ajouter un bâton en bois au milieu (trouvés au brico-loisir de la COOP au rayon bricolage), suffisamment longs pour dépasser de votre verre de salle de bain afin que le dentifrice sèche bien. Déposer les moules à glaçons au frigo pendant 30 minutes puis démouler. C’est prêt ! Perso, je laisse reposer quand même une nuit complète avant de les utiliser 🙂

Un déo maison et 100 % naturel !

FullSizeRender 3

Cela fait un moment que je n’utilise que du bicarbonate de soude en guise de déo mais parfois, faute de temps, je pique celui de chéri qui sent super bon (pendant 1 heure seulement, après ça vire vite à l’odeur qu’on connait bien…) et qui ne contient aucune de trace d’aluminium et je regrette très vite ma flemmardise. Déjà de 1, j’ai horreur d’utiliser un surplus de poison chimique sur mon corps dont je pourrais très bien me passer et de 2, je suis saoulée par ces publicités à la télé qui nous vantent le fait de sentir la fleur d’oranger pendant 48 heures, en particulier les déo pour le « sport » (bonjour l’hygiène quand même…).

Et pourtant, le bicarbonate de soude ne m’a jamais lâchée ! Que je dorme toute la journée ou que je fasse une course de 10 km ou un cours de spinning, je n’ai jamais senti la transpiration. De plus, le bicarbonate est complètement inodore. Les seules fois où je me suis sentie vraiment très gênée c’est justement quand j’ai utilisé ces déo commerciaux et que je sentais avant même d’avoir commencer mon entraînement sportif après une matinée à avoir simplement bossé sur mon ordi…

C’est un peu cela qui m’embête. N’étant pas une grande consommatrice de parfum, j’aurais bien voulu que mon déo ait un petit parfum sympa et fut, reconnaissons-le, un peu plus pratique… C’est vrai que devoir mettre du bicarbonate dans le creux de sa main, l’humidifier avec de l’eau puis frotter la pâte sous son aisselle pour ensuite enlever le surplus à la lavette, bof, surtout quand tu es en déplacement. Donc du coup, j’ai trouvé cette super recette sur le site de Biocoop !

Nous n’avons besoin que de 6 ingrédients :

  • 2 cs rases de beurre de karité
  • 2 cs rases de bicarbonates de soude
  • 2 cs rase d’arrow root (ou de fécule)
  • 15 gouttes d’HE de géranium rosat
  • 15 gouttes d’HE de lavande vraie
  • 15 gouttes d’HE de palmarosa

On fait fondre le beurre de karité au bain marie puis on ajoute le bicarbonate de soude. On remue bien puis on laisse reposer 1 minute.

Ensuite, on ajoute la fécule, on remue bien et on ajoute les huiles essentielles. On fini toujours en remuant et on conserve dans un petit pot qui se gardera pendant 6 mois !

A votre casserole !

Edit du 4 septembre 2017 : Après une sortie vélo de 95 km avec comme seule protection déodorante ma pâte faite maison, je vous confirme qu’elle est très efficace ! Aucune odeur a signaler !

FullSizeRender 2

Je couds mes serviettes de table

IMG_3408

Pour en finir avec les horribles serviettes en papier qui finissent dans la poubelle car même si elles n’ont pas été utilisées, il y a forcément une goutte de sauce ou de je ne sais pas quoi qui a coulé dessus, je fais mes petites serviettes maison qui vont hyper bien avec les ronds de serviettes que nous avons achetés en Bretagne 🙂

Et pour faire ses serviettes soi-même, avec de jolis tissus, rien de plus simple que de suivre le tuto de Chocolate & Zucchini !

Moins de déchets, moins de gaspi, plus de plaisir et de fantaisie 🙂

Nus et culottés

J’ai découvert cette magnifique émission pleine d’humanité et d’humilité lors de nos vacances en Bretagne où on a regardé un soir la télé avec nos hôtes. Quelle belle surprise ! Ca nous change de toute cette merde de télé-réalité avec des bobets au QI de poulpe mort… Ces mecs démontrent qu’en partant à poil, de rien, on peut remonter la pente, rencontrer de magnifiques personnes (oui oui, il y en a encore qui ne pensent pas qu’à leur tronche !) et arriver à son but grâce à l’aide de ces personnes. Avoir c’est bien, mais donner, c’est encore mieux ! On oublie trop souvent qu’on est né à poil, sans rien, et que tout ce qu’on a maintenant, on le doit indirectement aux autres. Et pour finir, on mourra, peut-être pas à poil, mais on partira sans rien… Une magnifique leçon de vie au fil des épisodes et des rencontres.

Le principe : Nans et Mouts se fixent un objectif. Exemple, aller faire de la montgolfière à Petaouchnok. Partir complètement nus (oui oui), sans argent, sans rien, juste un baluchon avec des caméras fixées dessus, des batteries et un couteau dans le baluchon… L’idée, se faire aider par les gens qu’ils rencontrent sur leur chemin pour leur donner des vêtements, de la nourriture, de l’auto-stop. En échange, ils leur offre des cadeaux qu’ils ont confectionné eux-même (avec ce qu’ils trouvent). Faites un tour sur France 3 le mardi soir 🙂 Ça en vaut vraiment la peine.

Tout récemment, j’ai vu l’émission où ils venaient en Suisse pour venir chercher de l’or. J’ai été vraiment touchée par le couple de Nyonnais qui les ont aidés. Comme à chaque épisode, c’est difficile de ne pas chialer car on sait que tout est vrai. Aucune improvisation, aucune mise en scène. On y va à la one again et c’est ça qui est beau 🙂

❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

Maman depuis 22 mois !

Aujourd’hui, à la garderie, on m’a appris que ma petite crapule buvait toute seule avec un gobelet. Et là, je me rends compte à quel point elle a grandi vite sans que je m’en aperçoive. Ce n’est plus un bébé mais une petite fille déjà très autonome pour son âge. Je me souviens du premier gros mot de Crapule enregistré grâce à sa folle de mère : Put+ »*…. Quand je l’ai entendu dans la bouche de ma fille, on aurait pu voir Code Quantum « Ha bravo… ». Du coup, je lui ai fait une leçon de morale sur les gros mots dans la voiture pendant 30 minutes en sachant pertinemment qu’un bébé de 22 mois, il s’en fout… Surtout qu’elle ne comprendra peut-être pas le dixième de ce que je lui ai raconté mais j’en avais besoin peut-être pour me corriger moi-même et c’est con, mais ça a marché ! Maintenant, quand je m’énerve au volant (et c’est très souvent le cas quand j’ai un boulet devant moi qui n’a toujours par trouvé le champignon), je me fais carrément engueuler par ma fille ! « Mamaaaaaaaaaaan ! Pas Boooooooooooo ! Ok, là, autant dire que je me calme tout de suite et que je pique immédiatement un fou rire quand je vois la tête accusatrice de ma Crapule à l’arrière qui se met aussitôt à se marrer ❤ Elle me le fait également quand je dis le fameux gros mot… voilà voilà… Maintenant il faut dire « OHLALA MAIS AVANCE !

Et puis je repense à nos débuts de parents, nos craintes, nos angoisses. Ce qu’on aurait voulu savoir dès le début pour peut-être nous éviter bien des soucis et des paranoïa… Je pense aussi à mes amies qui ont des tout petits en ce moment ou qui en auront bientôt.

Notre crapule est née avec des complications et a passé ses 12 premiers jours en néonatologie. Un service ultra aseptisé en pleine période de grippe. Bien avant qu’elle arrive, j’ai eu le temps de voir plein d’horreurs sur des bébés qui mourraient à cause d’un simple bisou d’une visite à l’hôpital alors j’avais peur de tous les microbes, chaque visite me faisait peur. Chaque fois qu’on allait voir la petite, c’était désinfection obligatoire des mains jusqu’aux coudes, plusieurs fois par jour (vive les gerçures) et un masque sur le visage en prévention.

Alors quand on se retrouve soudainement dans notre maison, pas du tout aseptisée, avec deux chats qui pissent partout et des tumbleweed de poils qui volent ici et là, il n’y a pas de quoi être rassurée… J’ai développé une maniaquerie chronique. J’ai jamais autant fait le ménage de ma vie. J’ai voulu faire un petit article pour partager avec vous ces petits accessoires qui m’ont sauvé ma vie de jeune maman quand parfois, c’était le désespoir. Pour moi, ça a marché, pour d’autre non, a tester, comme pour tout 🙂

En dehors des couches, des bodies et des pyjamas, le truc qui nous a sauvé nos nuits, c’est la couverture miracle de Red Castle. Crapule s’endormait tout de suite quand elle était emmaillotée. C’était un conseil de notre pédopsychiatre qui nous a dit que pour le bébé emmailloté, c’était comme d’être dans le ventre de sa maman et que cela le rassurait.

couv-miracle-blanc-beige-in-situ-1-g

Nous avions une trouille bleue de la mort blanche, la mort subite du nourrisson (après tout, notre fille était en asphyxie lorsqu’elle est née). J’ai eu la chance (c’est ce que je me dis aujourd’hui) que l’allaitement n’ait pas fonctionné et du coup, notre crapule à commencé à faire ses nuits à 2 mois (de 20h à 4h puis de 20h à 8h vers 3 mois). Je pense que c’est grâce à nos bib de lait échelonnés toutes les 4 heures grâce à l’hôpital qu’elle ait pu faire ses nuits aussi vite (peut-être surtout qu’elle était rassasiée tout de suite). Malgré le fait que nous pouvions dormir 8h sans souci, nous ne pouvions nous empêcher de nous lever plusieurs fois la nuit pour aller voir si elle respirait toujours. Si seulement nous avions possédé le tapis détecteur de mouvements TOMY TFM575 dès le début, nous aurions été beaucoup moins fatigués et traumatisés par l’idée de retrouver notre enfant inerte au matin…

packagePour ces moments où bébé ne veut plus vous quitter, il y a l’écharpe de portage JPMBB originale et le super porte-bébé Manducca pour faire des sorties super sympa et super confortables tout en faisant attention à la physiologie de bébé ❤ Grâce à l’écharpe, j’ai pu faire le ménage, la cuisine,… tout en ayant bébé avec moi qui faisait dodo. Gain de temps assuré et nerfs mis à moins rude épreuve !

Arrivent les périodes où il fait super froid et on sait comme c’est chiant de mettre des couches et des couches d’habits aux tout petits pour les enlever ensuite dans la voiture. C’était avant qu’on découvre les chancelières pour poussette ET SURTOUT, pour cosy !!!!

Pour venir à bout des régurgitations et Dieu sait s’il y en a eu, nous avons acheté un plan incliné pour son lit ainsi qu’un tapis à langer incliné. Elle régurgitait toujours, mais beaucoup moins. Le truc pour que le bébé ne glisse pas du plan, c’est de lui mettre un linge roulé sous les fesses.

Et puis il y a eu ces moments difficiles au restaurant où les chaises bébés n’étaient pas adaptées pour un tout petit bébé comme le nôtre (ou alors il n’y en avait tout simplement pas…) ou comment un moment censé être sympa se transforme en enfer… Nous avons découvert le sac à langer rehausseur adaptable à quasiment toutes les chaises de bistrot. Plus de mauvaises surprises, nous pouvions sortir le cœur léger !

Et puis la poussette. On s’est laissé influencer par l’effet de mode de la fameuse Bugaboo. Problème, nous vivons à la campagne avec une majorité de chemins agricoles et forestiers. La Bugaboo est une bouse en tout terrain et franchement, elle ne vaut absolument pas son prix tellement le châssis semble être de mauvaise facture. Nous l’avons virée contre une poussette 3 roues de compétition et super pas chère. Si c’était à refaire, dès le départ on investirait dans une 3 roues de qualité comme celle-ci. Nous avons opté pour la Bob Revolution Pro. Une poussette de « running » donc ultra confortable avec ses roues de vélo et son frein à la poignée. Elle se plie ultra facilement et malgré son gabarit, elle passe facilement dans mon coffre.

bild3c_20000106-89526

En parlant de coffre, il y a toujours des forums où les mamans demandent quel type de voiture faut-il avoir lorsqu’on va avoir un bébé. Je me suis fixée mes propres critères avant d’acheter ma voiture :

  • Compacte et donc facile à parquer et look sportif obligatoire (oui, je suis une keke…). Je suis une jeune maman, pas une grand-mère (souvent quand on dit enfants, on pense minivan ou break dégueu…).
  • Un minimum de puissance (au minimum 140 cv pour maman ancienne pilote de Kawasaki Z800).
  • Un bon coffre de 380 litres.
  • Une super tenue de route (je déteste les bateaux avec des amortos tout mous…). Bref, il faut que ça colle à la route.
  • 5 portes (obligatoire).
  • faible consommation (la mienne fait environ 900 km avec un plein de 55 litres, une fois, j’ai même réussi à faire 1000 km… son petit moteur 1.4 est juste parfait).
  • Pas trop chère au niveau des assurances (je paie 125.- de plaques par année en raison de sa faible émission de CO2 et 1300 fr de casco complète avec toutes les options comprises).
  • sécurité maximum (airbags partout, surtout latéraux). Crash test irréprochable (elle est la meilleure de sa catégorie si on enlève la sécurité « piétons »).
  • Isofix (évidemment).
  • Vie à bord super cool, Bluetooth, mains-libres, carte SD,… et surtout sièges chauffants.

Et mon choix s’est porté sur une Seat Leon 3 FR. Dehors, j’ai pas l’air d’une maman poule et pourtant, j’ai toute la place qu’il faut à l’intérieur 🙂 Avec une autre amie maman (qui a pourtant un SUV) nous avons pris ma petite voiture pour aller à Lausanne car elle ne voulait pas rouler en ville avec la sienne. On a casé deux bébés à l’arrière dans leurs sièges cosy et deux poussettes dans le coffre (Bob + poussette canne). En rentrant, on a encore réussi à mettre tous nos achats. Trop contente de mon choix et je ne la changerais pour aucune autre 🙂

Pour le reste, je dis vive le sérum phy, le liniment et les pyjamas à fermeture éclair (marre des boutons, surtout quand bébé grandit 😀  !!!!). Il faut y aller au feeling et arrêter d’écouter tout ce que les autres mamans veulent nous apprendre. On n’est pas toutes pareilles, on ne réagit pas la même chose face à la vie. Il n’y a pas de parfaite façon d’être maman et aucune maman n’est parfaite (c’est ce qu’on essaie de faire croire…). Comme on dit, c’est en forgeant qu’on devient forgeron !

 

Bullet Journal #2

Je vous avais déjà parlé de mon Bujo dans cet article où je vous présentais mon joli cahier et ses petits dessins. J’y écrivais mon souhait de recevoir un Filofax A5 pour Noël et de commencer mon vrai premier Bujo. J’ai donc reçu mon Filo violet (ma couleur préférée ❤ ) et j’ai viré tout ce qu’il y avait dedans sauf la règle et la pochette en plastique…

img_2246

Je suis une grande fan d’Harry Potter. Dans ma tête, je vis à Poudlard ! C’est pourquoi je voulais que le monde d’Harry me suive partout. J’ai imprimé des intercalaires dans le thème et j’ai également imprimé des fiches de contacts. Ça, c’est pour le côté « immortel » du Filo (si vraiment je me lasse des mes intercalaires, j’en changerai mais je ne pense pas, je suis tellement amoureuse de cet univers ❤ )

J’ai partagé ce nouvel agenda en 5 parties grâce à des intercalaires que j’ai soigneusement plastifiés : Journal (bujo), Loisirs (collections du bujo), Contacts, Formation et divers.

J’ai écrit à tous mes contacts pour avoir leurs adresses et leurs dates de naissances pour être à jour pour le prochain bujo (et si jamais je perds mes contacts sur le téléphone ou si je perds le téléphone tout court…). Ce fut un job de longue haleine 😀

Avec ces informations venant de ma rubrique « contacts », j’ai pu faire une page spéciale anniversaire dans mon bujo que je ne devrais pas changer ces prochaines années (désolée Nani, je t’ai vieillie de 3 ans 😀 )

fullsizerender-4

J’ai ensuite préparé ma vue annuelle du calendrier sur 4 pages…

fullsizerender-7

… puis j’ai commencé le mois de janvier (ce sera pareil pour tous les autres mois) avec une vue mensuelle de mes activités et à droite, une page spéciale pour les dépenses.

fullsizerender-8

Une fois ce petit travail fait, il ne reste plus qu’à commencer son bujo. Pour ce qui est des feuilles A5 filofax à petits pois, je les ai trouvées sur le site Etsy. Perso, j’y note ma consommation d’eau par jour (8 verres de 2,5 dl), mes entraînements sportifs, le temps qu’il fait et les températures, les choses à faire, les rendez-vous,… (ce qu’on trouve dans un agenda) puis surtout, j’y note toutes les choses positives qui me sont arrivées durant la journée. Je le décore de petits stickers et je rajoute des petits dessins pour animer tout ça et voilà le résultat :

img_2342

Pour les loisirs, j’ai plastifié deux feuilles sur lesquelles je peux écrire avec un stylot spécial pour le plastique et effacer au fur et à mesure que j’ai réalisé ce que je souhaitais faire. Voici mes 4 « collections » : Wish List, Livres, Dreams et Sorties.

Les parties « formation » et « divers » ne contiennent que des pages lignées en couleur originales du Filo. Je les remplirai au fur et à mesure de ce qui se passe dans ma tête. Voili !!!! J’ai enfin réussi à réaliser un bujo qui me plaît et me ressemble. Pour m’aider à le customiser et comme je ne suis pas une pro de l’impro en dessin, je m’aide en cherchant des petits dessins sur Internet et j’essaie de les reproduire tant bien que mal sur papier 🙂

Et vous ? A quoi ressemble votre bujo ?  ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

Le Bullet Journal, un agenda, un confident, un ami

img_1993
Mon bujo est un simple cahier quadrillé que j’ai commencé en septembre 2016. Il est un peu crado mais totalement fonctionnel (c’est une ébauche de mon futur bujo 2017).

Voilà un moment que j’avais envie de faire un petit article sur mon petit agenda personnel et 100 % personnalisé. Vous vous souvenez peut-être de mon article parlant de la customisation de mon Filofax et de mon envie de coupler le Filo avec un Bullet Journal (bujo).

La première fois que j’ai vu des bujo, je me suis dit que ces personnes étaient complètement cinglées ! Tout ce mal, toute cette précision, tout ce temps, pour un simple agenda ! J’en suis donc restée aux pages officielles dégueulasses et sans personnalité de mon Filo mais l’idée à mûri dans mon esprit sans que je ne m’en rende compte. Puis comme d’hab, j’ai fait des recherches, piquée par mon éternelle curiosité, et je voulais comprendre ce qui attirait tant les probujournalistes.

Pour faire simple, le bullet journal est un système d’organisation inventé par Rydell Caroll. Une sorte d’organiseur à base de système à puces (d’où le nom de bullet). Les puces étant censées nous rappeler les choses à faire, les rendez-vous,… C’est surtout une excellente méthode pour éviter la procrastination. Voici la vidéo officielle qui vous explique comment commencer un Bullet Journal.

Vous connaissez tous les post-its qu’on colle partout pour ne pas oublier des trucs, les petits billets volants dans son agenda officiel,… Le bujo est, à la base, complètement vide. Le bujo officiel veut que les deux premières pages soit dédiées à un index (puisque dans le bujo, on écrit tout ce qui nous vient à l’esprit à la suite et on reporte le numéro de page sur l’index). Les 4 pages après l’index sont le planning annuel (on divise chaque page en 3 pour y noter chaque mois dans lesquels on notera nos rendez-vous importants sur l’année, les anniversaires,…). Évidemment, il ne faut pas oublier de reporter les numéros de page sur l’index à chaque fois. Après le planning annuel, on commence avec une double page mensuelle. Mais je vous laisse regarder la vidéo, car pour moi, le concept du bujo s’arrête là car trop compliqué à mon goût  😀

Ce qui me plaît surtout dans le bujo, c’est qu’il est complètement personnalisable. Dans le mien, pas d’index. Par contre, je marche dans les pas de Rydell avec le planning annuel au début (d’abord, je fais une petite page spéciale pour noter la signification de mes « puces » et de ma météo quotidienne. A noter que mon planning annuel ne compte que 2 mois car j’ai commencé tard et j’ai surtout giclé septembre enfin bref osef, on fait ce qu’on veut dans un bujo 😛 )

puis la page mensuelle mais la page d’à côté n’est pas dédiée aux « trucs à faire » du mois en question mais à mon budget mensuel. J’y note absolument toutes mes dépenses et je sais où mon porte-monnaie et mes comptes bancaires en sont.

Ces deux pages remplies, je commence mon agenda-journal. A l’inverse d’un agenda normal ou parfois il y a des jours où nous n’avons rien à faire mais qui prend quand même de la place, si on a rien à faire ce jour-là dans notre bujo, on n’écrit rien et c’est toute la place gagnée pour le jour suivant, etc… Personnellement, j’utilise les pages agenda-journal comme un agenda évidemment, mais surtout pour y noter tous les trucs positifs qui me sont arrivés dans la journée. C’est donc également pour moi un excellent outil de développement personnel et de me rappeler que dans la vie, il n’y a pas que des trucs négatifs. Je me suis beaucoup inspirée des bujo des autres copinautes pour le rendre joli et je me suis gentiment remise au dessin (plus besoin d’acheter des livres de coloriage, il fait tout en un et en plus après, on est tout fier de le regarder et de se dire que « c’est moiiii qui ai fait çaaaaaa ! ». Quotidiennement, j’essaie de noter si j’ai bu mes 8 verres d’eau. Je note le temps qu’il fait et la température ainsi que mes pratiques sportives. J’y colle mes tickets de cinéma, du washi tape pour faire joli et des petits autocollants tout mimi pour le colorer.

img_1992

Pour l’année 2017, j’ai demandé comme cadeau de Noël un Filofax format A5. J’en serais volontiers restée à un cahier Leuchtturm 1917 spécialement conçu pour les bujo (avec ses pages numérotées) mais je veux pouvoir y glisser des intercalaires pour séparer les « collections ». Dans un bujo, on note tout à la suite, et pour moi, c’est vraiment trop « bordélique ». Les collections sont par exemple les livres qu’on a envie de lire ou les films qu’on veut voir, les choses qu’on a envie de faire (nos rêves), la liste des cadeaux pour offrir à Noël,… Dans mon cahier actuel, tout est à la fin, une page pour chaque « collection ». Dans mon futur bujo, le Filofax me permettra de séparer mon agenda-journal de mes contacts et autres collections en personnalisant les intercalaires avec de jolies images qui me donneront envie encore plus de l’utiliser.

C’est simple, depuis que j’ai un bujo, j’utilise de moins en moins mon téléphone portable. Je l’utilise uniquement pour noter mes prochains rendez-vous chez le médecin pour les retranscrire ensuite dans mon bujo. Je ne planifie jamais plus de 2 rendez-vous par jour dans mon bujo. Et franchement, ma vie est beaucoup plus facile à gérer. Le bujo me permet de voir la vie du bon côté, de noter chaque petite chose qui m’a rendue heureuse ou que je ne veux pas oublier, de nourrir ma créativité et de me booster à faire du sport et à boire  🙂  Il n’y a que du positif dans ce journal  ❤

Je vous ferai un petit compte rendu en 2017 avec mon tout nouveau bujo  😀

Enregistrer

Enregistrer