Novembre…

Ce mois où ton chef direct part en retraite anticipée (aujourd’hui est mon premier jour en roue libre) et où tu reprends son poste à 100 % (alors que tu bosses à 80 = je fais du 180 % sur 33 heures hebdomadaire) en continuant d’être payée comme une sous-merde. Ouais parce qu’en fait, on était que 2 à faire ce job = il ne reste que moi… Pauvre employée oubliée de la hiérarchie, seule dans son bureau…

Ce mois où tu recommences à stresser comme c’est pas permis et où tu te prends migraine sur migraine alors que ça faisait 3 ans que t’étais peinard ! Et malgré ça, tu te forces à continuer de bosser et tu prévois en plus d’aller nager le soir… Ben ouais, parce que même si t’as mal, la vie continue !

Ce mois où tu te choppes une TFL alors que t’as une course dans 5 jours… (ouais, samedi !) Bref… Novembre = VDM !!!!!

Et pis tiens, comme on se les pèle, on ira au cinéma !

Quand des changements s’imposent…

Citations-DMARTIN-201508122

Voilà un petit moment déjà que j’ai arrêté de suivre l’actualité « mondiale » qui avait un impact vraiment négatif sur mon moral, sur ma façon même de voir le monde, les autres. Cela avait la fâcheuse tendance à me maintenir dans la peur de ce que je ne connaissais pas, à me renfermer sur moi-même, je devenais peu à peu haineuse, voire terrorisée pas l’avenir ce qui, à l’époque, pour une ancienne dépressive, était très nocif. J’ai pu voir par la suite, en faisant mes propres recherches, qu’il y avait bien plus de belles personnes qui œuvrent pour le bien sur cette Terre qu’on essaie de nous le faire croire. Pleins d’évènements heureux dans le monde entier mais qu’on garde sous silence. Ce serait terrible de nous faire entrevoir une quelconque lumière d’espoir… C’est de toute façon ce que veulent les médias et les politiques, transformer l’information pour nous maintenir dans cet état afin de mieux nous manipuler à leur guise, nous faire voir uniquement ce qu’ils veulent qu’on voit et qu’on croie. En me fiant à ce genre d’informations, je suis ce qu’ils veulent que je sois, idiote, incapable de réfléchir par moi-même, menée par de grands bergers millionnaires qui n’ont de toute façon aucune considération pour la « petite » personne que je suis, aux pieds de leurs buildings de verres, ils ne savent d’ailleurs même pas que j’existe.

Seule, je suis une personne insignifiante pour ces gens-là. Mais si nous nous mettons tous ensemble, nous ne serions plus aussi insignifiants, nous deviendrions une menace pour cette minorité d’assoiffés du fric. C’est pourquoi ils font tout leur possible pour nous diviser et ça marche du tonnerre ! Il suffit de voir toute cette haine qui émane des gens et que j’ai pu constater dans plusieurs articles de la presse « locale » sur divers sujets. Les trolls se lâchent avec leurs commentaires et laissent sortir tout ce qui gangrène leur cœur.

Je me suis donc concentrée sur cette actualité « locale ». Si j’ai longtemps été patriote, aujourd’hui je ne le suis plus du tout, principalement à cause de la mentalité générale exécrable qui flotte ici. Aujourd’hui, je me considère comme une citoyenne du monde, rien de plus. Mais je constate malheureusement que même l’actualité « locale » me fait détester encore plus mon espèce.

La raison de cette rancœur est la suivante : récemment, toujours en suivant l’actualité locale hô combien intéressante et positive de mon pays, 2 articles ont eu l’énorme pouvoir d’ébranler ma sensibilité. J’en ai rêvé la nuit, j’en ai même chialé plusieurs fois.

Le premier portait sur une manifestation vegan complètement pacifiste qui consistait à veiller toute une nuit à côté d’un abattoir vaudois. Personnellement, je respecte énormément ces personnes qui sacrifient un peu de leur temps pour une excellente cause, à des bêtes dont la vie est sacrifiée dans l’indifférence générale. Quand je lis les commentaires, je me dis que les humains ne sont pas prêts de participer à la diminution de la maltraitance animale et encore moins ne serait-ce de diminuer leur consommation de viande et ainsi participer à la protection de l’environnement en faisant d’une pierre deux coups… On constate encore une fois la différence de ton entre les bouffeurs de viande rouge (agressifs et malhonnêtes, sans arguments crédibles) et les défenseurs de la cause animale (posés, polis, même si c’est dur de le rester… et surtout, avec des arguments justifiés dans de belles phrases bien orthographiées). Ce sont ces mêmes tordus ravagés de la matière grise qui te font des théories darwiniennes sur l’évolution de l’espèce humaine à table puis ensuite te disent que les humains ne sont PAS des animaux et que puisque tu as des canines, tu DOIS bouffer de la viande car ta vie en dépend (le gorille, un singe de ton espèce avec des canines capables de t’arracher la tête, grand, beau, musclé et FORT est végétarien !)

Encore un joli reportage de Temps Présent

20126888

Hier, j’ai vu le film A.L.F en lançant par hasard la première couverture de DVD qui me « parlait » sur la kbox. Un excellent film a tout petit budget (acteurs non payés), dénigré par la presse car  trop dérangeant, évidemment. Un bon blockbuster américain c’est tellement mieux pour laver les cerveaux… C’est une fiction policière racontant l’histoire d’un mec qui se retrouve en prison après avoir braqué (sans munition) un mec lors d’une intervention avec son « commando » défenseur des animaux pour sauver des chiens destinés à la vivisection. Ici, pas de mort d’homme mais un duel psychologique entre un flic et un  militant de la cause animal. On revit les heures et les minutes qui ont précédé l’intervention. On ressent ce stress palpable avec, de temps en temps, en bas de l’écran, un petit compteur rouge qui tourne (le nombre d’animaux qui sont morts pendant que tu regardes ce film, et tu dis que même le film terminé, le compteur ne s’arrête jamais…). Ce matin, j’en parlais avec mon chéri et j’ai complètement fondu en larmes en repensant à ces images horribles, réelles, balancées tout le long du film, surtout celle du petit lapin blanc qui fait sa toilette sous la chaîne d’égorgement de ses semblables alors qu’il se fait arroser de leur sang… Voici le plus belle extrait de ce film, pas besoin d’en dire plus :

Cet extrait dure 4 minutes, c’est de loin le meilleur passage du film, le plus parlant, le plus dur mais le plus juste. Je ne te demande pas de regarder le film Hearthlings en entier mais juste un petit extrait d’un pauvre petit film français tombé dans l’oubli général. Si après ça, tu ne ressens toujours rien… 

Juste ce qu’il faut pour être un peu moins ignorant

Le 2e article ne parle plus d’animaux mais d’humain cette fois. Comme quoi un végétarien s’émeut toujours devant le malheur de son prochain, c’est normal, je suis « humaine »! Ici, on parle d’une jeune fille de 16 ans, atteinte de la mucoviscidose et en attente urgente de poumons qui a du se faire hospitaliser dans l’attente d’une transplantation.

La Suisse est un mauvais exemple en matière de dons d’organes. On ne peut prélever les organes que si les personnes ont donné leur accord de leur vivant (on a une carte de donneur sur nous si on l’est). Malheureusement, 14 donneurs par million d’habitants et par an, c’est terriblement peu. Une initiative populaire a été lancée pour qu’une personne décédée soit considérée comme donneuse pour autant qu’elle n’ait pas annoncé clairement son refus de son vivant. Ce qui est vraiment très bien, je suis totalement pour. De toute façon, on n’a plus besoin de nos organes quand on est mort alors si on peut encore aider une fois décédé pourquoi ne pas le faire ? Si vous êtes suisse et que cette initiative vous semble une bonne chose, s’il vous plaît, n’oubliez pas de signer la pétition (il faut l’imprimer et la renvoyer gratuitement par la poste puisqu’elle est déjà affranchie).

Pour ceux qui veulent être donneur le jour où, une appli est disponible pour les smartphones qui s’enclenche automatiquement lorsque vous arrivez dans le service d’urgence de 40 hôpitaux suisses. Il suffit simplement que le Bluetooth soit activé. Elle remplace de manière très pratique la carte « physique » de donneur.

Ce qui m’a choquée le plus dans cet article qui parle non seulement de cette fille mais qui surtout, informe les gens qu’une initiative sur le don d’organes a été lancée, ce sont de nouveau les commentaires des gens. Affreux, ignobles, répugnant, d’un égoïsme incroyable. Comment peut-on être aussi méchant dans ces propos sur une gosse de 16 ans qui risque de mourir ? Ça, ce sont ces gens qui m’entourent dans la rue, chaque jour. Ces anonymes qui vomissent sur le malheur des autres. Ce sont avec ces personnes que ma fille va interagir bientôt. L’Homme me répugne. Et là, je me rends compte que si notre espèce est incapable d’empathie et de compassion pour son prochain, comment pourrait-elle l’être pour les autres animaux et vice versa ?

153913image00111

Demain

J’ai vu beaucoup de films alarmistes sur la question de notre planète et notre consommation. Ces films m’ont marquée et m’ont fait prendre conscience que je devais changer, même si je n’étais qu’une goutte d’eau au milieu de l’océan. J’ai déjà beaucoup changé mais j’ai encore beaucoup de progrès à faire. Ce film est effectivement différent des autres dans le sens où il nous montre que, oui, il y a des solutions qui sont déjà appliquées dans de grandes villes comme San Francisco et Copenhague pour réduire ses déchets, mieux recycler, utiliser des énergies renouvelables, faire en sorte que les transports en commun ou la mobilité douce soient plus attrayants que la voiture,… Des habitants qui s’unissent pour produire localement afin de nourrir les habitants des environs sans que des camions parcourent des centaines de kilomètres pour nous amener des produits qu’on peut faire pousser  nous-même, des villes en Angleterre qui laissent les parcelles libres à la population pour y faire pousser des fruits et légumes,…

Nous avons l’énorme chance d’avoir notre propre potager. Nous avons appris dans ce film que faire pousser du basilic sous des plants de tomates était super contre les petites bêtes à cause de l’odeur du basilic. L’année passée, toutes nos tomates ont pourri. Notre belle-sœur nous a fait goûter une succulente confiture de tomates vertes maison. Nous ne voulions pas faire pousser de tomates cette année mais maintenant, on sait qu’on peut les consommer alors qu’elles ne sont pas encore mûres, avant qu’elles ne soient atteintes par le mildiou. Nous avons consommé beaucoup de légumes de notre potager ce qui nous a permis de faire des économies et avec la satisfaction de produire nos légumes nous-mêmes.

En visionnant ce film et avec l’arrivée des beaux jours, j’ai bien envie de ressortir mon vélo. Une bonne occasion de se promener avec la petite, de faire du sport tout en polluant moins. Une occasion également de faire encore plus attention au zéro déchet et à notre consommation générale. De toute façon, ce ne sont pas les biens matériels qui nous rendent heureux, mais les échanges avec les gens qu’on aime et les expériences qu’on peut faire dans la vie.

J’ai commencé mon Miracle Morning samedi. J’ai constaté que j’étais moins ronchon durant la journée, moins stressée. J’ai vraiment l’impression que ça marche, même au bout de 3 jours. Je lis également 2 livres en même temps : « Les 4 accords toltèques » et « Les 5 regrets des personnes en fin de vie ». Je me corrige, au fur et à mesure. Je deviens meilleure mais surtout, j’envisage un avenir meilleur. J’ai compris que mon chemin de vie, c’était aider, soigner, écouter les gens qui en avaient besoin. C’est pourquoi j’ai décidé à l’avenir de me former dans la santé. Reiki, massage, coach en nutrition, radiesthésie, géobiologie… Ce sont des choses qui me parlent et m’intéressent énormément. Je sais que ce seront des formations que je pourrai tenir jusqu’au bout parce qu’elles me font vibrer. La vie est belle car je sais enfin ce que je veux en faire 😀

❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤