Triathlon d’Yverdon-les-Bains

500 m de natation, 22,5 km de vélo et 5,3 km de course à pied

stats

Cette fois-ci, mon troisième triathlon se déroulait à la maison alors je me sentais pas du tout stressée et encore moins seule puisque cette fois, j’ai mis ma trifonction du club ce qui fait que les membres du club viennent plus facilement me voir (logique non ?).

J’ai passé les 4 derniers jours toute seule au Noirmont où j’ai assisté au festival du chant du Gros. L’occasion pour moi de prendre du temps rien que pour moi, sans responsabilité avec un emploi du temps totalement libre 🙂 J’ai aussi profité de ces journées en solitaire pour continuer de m’entraîner (un tout petit peu… surtout en natation). J’ai aussi mangé plein de cochonneries mais bon… On a le droit de se faire plaisir de temps en temps (peut-être pas avant une course…).

J’ai eu la bonne idée, hier, de faire une randonnée de 14 km. Pas vraiment hyper traumatisant mais bon, peut-être pas préconisé la veille d’un triathlon. Plus j’y pense, plus je me dis qu’inconsciemment, j’habitue mon corps à la souffrance en le mettant pas du tout en condition pour voir si je passerai la ligne d’arrivée… Bref hier soir, je me suis enfilée un bol de riz aux bolets, une gaufre au sirop d’érable et une double raclette (plus par gourmandise qu’autre chose). J’ai hyper mal dormi, en me réveillant plusieurs fois durant la nuit, je transpirais comme c’est pas permis et du coup, je me suis levée à 4h45 tellement j’en pouvais plus. Sans compter le trajet en voiture du Noirmont jusqu’à Yverdon pour être sur la ligne de départ à 8h10….

MAIS j’y étais ! Fidèle au poste ! Impossible de louper le triathlon de la ville de mon club, là où je m’entraîne en natation (piscine et eau libre) depuis plus d’une année. A 7h15, j’étais sur place. Je suis allée chercher mon dossard et je suis passée du premier coup dans la zone de transition (il faut dire que j’ai toujours tendance à oublier mon dossard, ma puce de chronométrage,…). Je deviens bonne 😛

Je prépare mes affaires tranquillement, papote avec quelques membres du club de triathlon, rassure une fille qui fait son premier triathlon et retrouve des copines du club de natation. J’ai l’impression que tout se passe à merveille, peut-être trop… Et pour le coup, j’ai carrément oublié de remplir la sacoche de mon vélo avec mes ravitos… BIM ! Ca, je m’en rendrai compte au moment d’ouvrir la sacoche pour prendre mon gel… Quelle erreur à la con ! M’en fallait bien une.

Bref, au départ de la natation, tout se passe bien. Par contre, je me sens hyper oppressée dans ma combi après avoir fait le triathlon de Lausanne juste en trifonction. J’ai un peu de peine à respirer mais pas au point de finir sur le dos. Je gère. Mais je vois pas où sont les bouées à cause du soleil dans la face. Je dois avoir fait 100 mètres dans le vide à force de faire des virages et j’ai perdu un peu de temps. J’en perdrai aussi à la fin de la natation où, plutôt que de continuer à nager jusqu’à ce que mes bras touchent le fond, je me mets debout pour marcher comme les autres. Là aussi, jolie perte de temps. Mais bon, j’essaierai de corriger samedi prochain à Morat. Au niveau de la vitesse, rien à vraiment changé (et il faut dire que je ne me mets pas trop la pression…), je suis un cargo.

Le parcours vélo était en majorité très roulant hormis une petite montée un peu fatigante (boucle à faire 3 fois). Je me sens bien jusqu’à ce que je m’aperçoive que j’avais oublié mes gels… Bref top ! Vivement la course à pied, ma partie préférée… Sans une once d’apport énergétique…

1

Et ça n’a pas loupé, je l’ai roté. C’est déjà pas jojo de mettre ses jambes en route pour 5 km mais alors avec les restes de ma double raclette dans le bide, c’est son et lumière (sans la lumière). Ah je m’en souviendrai de celle-là ! En plus de ça, j’ai l’estomac gorgée de flotte comme une éponge après avoir trop abusé sur le vélo. Du coup, à chaque foulée, on peut entendre (je l’espère seulement si on a de bonnes oreilles) l’eau qui se promène dans mon ventre…

Quelques petites choses à régler pour la suite :

– passer tout l’hiver à améliorer la course à pied pour les distances olympiques
– Diminuer ma consommation de pain, de pizzas et de fromages en tout genre…
– Mieux préparer ma zone de transition et mon matériel

classement

Le joli clip de la Ville d’Yverdon pour 2017