The Color Run 2017

Pour ce type de course, c’est sûre qu’on y va pas pour la performance mais pour l’ambiance. Ce qui n’a effectivement pas fait défaut, comme l’année passée.

Cette deuxième et dernière participation a pourtant été une accumulation de problèmes… Je me suis inscrite avec ma fille. j’en avais pour plus de 100 .- d’inscription avec les kits un peu foufous et une petite peluche licorne pour ma fille. Mon inscription est validée par mail puis plus de nouvelles. Ça je m’en fous, c’est pas vraiment un problème.

J’ai dû quand même faire des recherches pour savoir où et quand je pouvais aller chercher mes kits de départ. Pas reçu de mail d’info ou quoi que ce soit du style. Bref, la veille d’aller chercher mes kits, mon chéri me donne son « e-ticket » et là je commence à me poser des question car moi, j’ai rien de tout ça… Du coup, je vais dans le FAQ du site et je me rend compte qu’effectivement, un e-ticket est nécessaire pour retirer son kit. Une seule solution, envoyer un mail à l’organisation qui renvoie le e-ticket par mail. Le lendemain, toujours pas de nouvelles. Je renvoie une nouvelle demande. Pas de nouvelle. Je décide d’aller quand même chercher mes kits avec mon mail de confirmation et tout ce que j’ai acheté dessus.

Gros bordel à la Coop de Crissier. Ils acceptent heureusement mon mail mais pour se comprendre, c’est la croix et la bannière. Je n’ai malheureusement pas fait portugais 2e langue… On me file 2 sacs (1 pour moi et mon chéri), j’explique qu’il y a aussi celui de ma fille. S’ensuit un blabla incompréhensible entre des gosses d’à peine 18 ans pour les plus âgés (12 pour ceux qui préparaient les sacs…). On me file le 3e sac et on m’envoie vers le stand d’à côté pour retirer ma petite peluche licorne. Avant, je vérifie qu’on m’ait filé le bon sac (j’ai pris le kit avec les chaussettes et les lunettes et 5 sachets de couleur supplémentaire) et j’ai bien fait car rien de tout ça n’était dedans. J’essaie d’expliquer tant bien que mal à la miss que j’ai acheté un kit « happy dream ». Et c’est reparti pour un blabla en portugais. Finalement j’ai eu mes lunettes, mes sachets et mes chaussettes… Encore 5 minutes de plus et j’ai pu récupérer la peluche de ma fille… 20 minutes pour retirer 3 pauvres sacs… Heureusement qu’on s’est pas pointé le jour-même de la course pour les retirer.

Le jour de la course, à 1h30 du départ, on sent bien que le staff est à la bourre. On avait choisi de partir à 10h. Le premier départ a du être donné 20 minutes plus tard, par petites vagues toutes les 5 minutes. C’était un peu long, mais bon, on va pas se prendre la tête pour une course censée être fun. Encore une fois, l’ambiance était là.

Color Walk car s’il y a bien 10 % des participants qui courent, c’est beaucoup. Et en plus, beaucoup font la gueule, quand pris au jeu, tu te retrouve à les encourager 😀 Sérieux on est là pour s’éclater ou pas ? Puis arrive un moment ou tu te retrouves avec des bagnoles garées sur le parcours de la course… WTF ???? A l’arrivée, pas de médaille. On se retrouve à tourner en rond dans le village pour savoir où prendre nos médailles et pouvoir enfin aller manger tranquille, parce que j’ai beau faire des efforts, la musique latino, c’est définitivement pas mon truc, j’ai pas le rythme dans le corps. Rien jusqu’au moment ou un mec se pointe en courant et donne des médailles à toutes les personnes un peu « colorées ». Wouah. j’en ai pris 3 alors que nous n’étions que 2 présents à ce moment-là, mon chéri étant encore entrain de chercher où se trouvaient les médailles. Et évidemment sans que j’aie à prouver que j’avais le droit a une 3e médaille… Le plus simple aurait été de donner les médailles à l’arrivée, comme ça se fait dans n’importe quelle course.

On retiendra toutefois une super ambiance. Tout plein de couleurs et même de la mousse (c’était kiffant). Un staff super. Quelques spectateurs ultra sympas pour encourager les marcheurs, des super pâtes au pesto, des ravitos à foison (par mal pour seulement 5 bornes de parcours, j’ai fait des 10 km où on était beaucoup moins gâtés…), une petite fille super contente de sa première course et des policiers bariolés qui se prenaient au jeu du selfie avec le sourire 😀

Cela m’aura aussi permis d’essayer la marque de chaussures On Running. Argument principal des gens du stand : ces chaussures sont conçues en Suisse (mais fabriquées quelque part à l’autre bout du monde parce que sinon ça coûte trop cher hein…. la bonne blague…). Mais cela fait de toute façon un moment que je n’accorde absolument plus aucune importance à la « swiss quality ». Autre argument de taille : ce seraient les plus légères du marché (dépendant du modèle) et elles donneraient l’impression de courir sur un nuage (running on clouds). Elles ont été conçue par un mec champion d’Ironman. Là c’est définitif, j’achète !!!! (non je déconne).

Une fois au pied, une chose est sûre, c’est ultra léger. Par contre, au niveau de l’amorti, je suis perplexe. J’ai l’impression de marcher à même le sol, presque pieds nus O_O Sur le site, on nous explique que lors de la « propulsion », l’effet pied nu est normal. Ce serait lors de l’amorti qu’on aurait cette sensation « nuage » qui ne ferait aucun choc sur le pied, les mollets,… comme l’indique cette vidéo tout en bas de la page

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s