Premier entraînement en club de tri

Hier, j’ai eu l’occasion de participer à mon premier entraînement natation avec mon nouveau club de triathlon. J’ai dit au coach que j’étais vraiment une noob en natation et il a plus ou moins compris ce que je voulais dire quand il m’a dit à peu de chose près : « Alors tu vas commencer l’échauffement avec 2 longueurs en papillon, puis brasse, puis crawl dos »… Euh… Je sais pas faire le papillon… Je sais pas brasser (ou comme une beuse)…. et je sais pas faire le crawl dos 😀 (gros moment de solitude 🙂 )

« Alors tu vas faire 2 longueurs en crawl ». Yep, ça marche ! C’est ce que je croyais… Encore toute heureuse des 10 dernières minutes de mon entraînement de la veille où j’arrivais enfin à tenir 50 m sans me noyer et sans paniquer sous l’eau, je pensais que c’était dans la poche, surtout que l’entraînement du club se passe dans un bassin de 25 m. Easyyyyy ! Sauf que le stress lié à la peur de passer pour une grosse M à côté de ces triathlètes confirmés que j’ai cumulé pendant toute une semaine m’a rattrapée. J’ai fait 100 m en totale panique. J’oubliais d’expirer sous l’eau, j’ai bu quelques tasses et j’ai mis je pense bien 5 bonnes minutes pour faire 100 m… Pourtant, après mes deux premières longueurs, il me dit « c’est vraiment pas mal pour une première ! ». Gné ?

Complètement dépitée en arrivant vers le coach, il me dit que je crawl à la verticale… Magnifique ! Je monte la tête beaucoup trop haut pour respirer et mon dos s’affaisse sous l’eau. Bref, j’utilise pas bien mes jambes pour me maintenir droite. Exercices d’ondulations bras tendus pour corriger ma position du corps, mes jambes et respirer. C’est quoi une ondulation ??? Ah ouais j’ai compris 😀 Je vais faire le dauphin sous l’eau (ou plutôt l’araignée sous l’eau…).

Ca va un chouilla mieux mais je suis toujours autant essoufflée après 50 m. Nouvel exercice avec la planche sous le bide, bras tendus et les palmes avec battements, toujours pour corriger le corps. 2 longueurs puis 2 autres longueurs cette fois avec les bras qui tournent. J’ai paumé ma planche à maintes reprises pour finir par la tenir à bout de bras en alternant avec les mouvements. Je commence à corriger ma tête quand je respire et hô miracle ! Je m’essouffle moins et je tiens plus longtemps.

Ensuite, on abandonne la planche. Crawl avec les palmes pour plus de facilité. Je me détends, je respire un bon coup et je pars pour 50 m. Je respire carrément mieux et j’arrive à faire les longueurs sans m’arrêter. Le coach est content sauf que ma tête monte encore trop haut (et je bois toujours la tasse de temps en temps. Elle est où cette vague censée nous aider à respirer ????). Basculer le corps sur le côté, regarder bien en arrière et en haut ! Ok départ ! Mais cette fois, sans les jambes ! Pull buoy. Nooooooooooon pas le pull buoy !!!!! JE DETESTE LE PULL BUOY !!!! Bref, l’idée, c’est que je crawl (sans oublier de respirer), mais sans l’aide de mes jambes qui restent fixent comme des bâtons, juste à l’aide de mes frêles petits bras, encore endoloris par mes séances sportives de la veille (1 heure de body pump suivie d’1 heure de natation et de 12 km de course à pied mais pas de courbature à l’horizon).

Je laisse partir les pros avant moi et je me lance avec la boule au ventre. Je me concentre sur le fond de la piscine, j’expire sur 3 mouvements, je respire, je pousse fort sur mes bras, je reste calme. Je commence à piger le mouvement de tête et je respire carrément mieux. Coach très content mis a part que lorsque je reprend ma respiration, je plie mes jambes. Allez hop, on corrige. Je tends mes jambes, je pousse sur mes bras et bim, je me prends le pied du nageur parti avant moi. Je repars et je commence sérieusement à prendre du plaisir avec le pull. Je suis concentrée à mort sur la propulsion de mes bras, je donne tout là-dedans. La respiration n’est plus tant un problème, j’ai capté la technique en regardant une de mes camarades de piscine sympa. Après 200m, je reboie (je sais pas trop pourquoi) la tasse et je nage vers le coach. Il me dit que mes dernières respirations était nickel. Si je veux, je peux faire encore 50 m et sortir pour finir avec les étirements. C’est curieux, mais 20 minutes avant, je voulais me barrer et là, j’ai carrément envie de continuer à nager. Je kiffe !!!!! Du coup, je refais encore 100 m avec mon pull que je détestais tant. Je m’améliorerai le lendemain sans pull, seule dans ma piscine de 50 m.

Verdict, ce club est génial, l’ambiance du mercredi soir est super, tout le monde est super sympa et accueillant, sans aucune prise de tête. Ça fait bizarre quand tu sors d’un entraînement que tu as craint pendant toute une semaine, à t’en faire des cauchemars la nuit, et que tes nouveaux potes te disent « A mercredi prochain ! ».

Je suis rentrée à la maison avec une monstre banane sur la face. Je me suis donc officiellement inscrite en club.

Aujourd’hui, après 1 heure de muscu et 1 heure de natation, je dois aller chercher mon cadeau d’anniversaire un peu en avance pour mes prochaines séances de course. J’ai trop hâte. Mes chaussures sont fichues et me causent des cloques terribles (je crois que je vais encore perdre deux ongles alors que je me remets tout juste d’une première perte (il y a vraiment un problème). Je vais voir si je reprend des Glycerin ou si je pars sur un autre modèle. Il faut dire que mes index de pied sont très longs et ce sont toujours ceux-là qui prennent cher. Je viens de constater que même si la course à pied est un sport « gratuit », il faut quand même prévoir un bon budget chaussures… Après 8 mois, mes premières sont raides.

❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

5 réflexions au sujet de « Premier entraînement en club de tri »

  1. Une paire tous les six mois ?! Mais tu cours comme une brute ? XD
    Sinon, c’est cool pour l’entraînement en club ! Il faudrait que je songe à me mettre à la nage aussi, ça reste mon gros point faible (même si je suis pas bien brillant en vélo non plus… haha)

    Aimé par 1 personne

    1. Non je ne cours pas comme une brute 😀

      Mais je ressens une nette différence entre mes premières sorties et les dernières. J’ai comme l’impression d’avoir des enclumes aux pieds alors qu’avant, je courais sur un petit nuage molletonné 😀

      Après, je veux bien mettre une photo des mes deux orteils agonisant mais je veux pas couper l’appétit 😀

      J’ai déjà perdu les ongles de ces deux orteils après quelques sorties longues de plus de 10 km (le dernier, j’ai du l’arracher pour laisser la place à l’autre…) et ils ont énormément de peine à redevenir « normaux ». Je ne sais pas ce qui pourrait provoquer ces blessures hormis mes chaussures 😦

      J'aime

      1. D’après ma maigre expérience des chaussures, ça ressemble plus à une pointure trop étroite. Parce que les problèmes d’usure se manifestent surtout par des douleurs dans les articulations, et généralement après 1000 km pour de bonnes chaussures^¥

        J'aime

      2. On est loin des 1000 km 😀 C’est vrai que j’ai des grosses palmes en plus. On me verra jamais avec des Louboutins 😀 Je vais voir au magasin. Merci pour les infos 😉

        Aimé par 1 personne

  2. Bah voilà, c’était pas la mer à boire (hihihi !) en plus t’as l’air d’être tombé sur un coach compétent et ma prédiction de progrès rapides s’avère 😉
    Pis…t’as essayé de courir avec les palmes ? après, avec des chaussures ça va nettement mieux !
    L’ongle qui saigne et tombe, c’est effectivement souvent dû à une pointure trop petite…vu que tu commence à faire des belles distances, tes pieds en supportent aussi les conséquences. Faut savoir qu’en courant, ils vont gonfler et s’allonger (du 37 au 42, mouarf !), ce qui fini par faire que les orteils subissent des mircos-chocs en tapant au bout de la chaussure à chaque foulée. Il faut donc prendre une pointure de plus…MAIS, le problème, c’est alors que le pied va glisser en avant début de la course. Pour éviter ça, il faut serrer la première rangée du lacet (tout en avant du pied) en faisant un double nœud…comme d’hab, il y a un équilibre à trouver entre pas assez serré et inefficace pour retenir la glissade du pied en avant et trop serré qui va couper la circulation, voir même repousser le pied vers l’arrière et entrainer des lésions au talon.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s