Mon cours d’initiation à la géobiologie

Je connaissais déjà un peu la géobiologie pour avoir cherché moi-même les lignes du réseau Hartmann de notre appartement à l’aide de mon pendule. Évidemment que quand j’en parle autour de moi, je passe pour une illuminée et personne ne me prend au sérieux quand j’utilise mon pendule alors qu’avant de découvrir la kinésiologie, j’étais la pire des cartésiennes. Je n’ai pas eu besoin d’un quelconque gourou pour me rendre compte à quel point l’Univers est incroyable. J’ai fait mes découvertes sans l’aide de personne, uniquement guidée par mon intuition, mes expériences médicales et mes propres envies, parce que mon Chemin de Vie et ma curiosité m’ont poussée à aller voir plus loin que ce que j’ai appris à l’école. La vie est un puits sans fond de connaissances !

Pour le réseau Hartmann, quand j’utilisais les baguettes, ça ne donnait rien du tout (édit du 15.12.2017, aujourd’hui ça marche 🙂 ), tandis que mon copain y arrivait très bien. Après avoir déplacé notre lit en fonction du réseau, nous avons tout de suite remarqué un gros changement positif au niveau de notre sommeil. Plus de maux de tête, de dos, de ventre et d’insomnies. Il faut dire que nous dormions en plein milieu d’un croisement tellurique. J’ai constaté hier soir qu’une grosse ligne Curry passe en plein sur le lit de notre fille. On avait justement placé son lit à cet endroit-là à cause des croisements Hartmann qui passent aussi dans des endroits importants de notre appartement, en particulier les chambres à coucher, où les meilleurs emplacements pour les lits sont situées en plein sur des nœuds. En fait, en raison de l’orientation de notre bâtiment, si nous voulions éviter de dormir dans un nœud tellurique, nous devrions placer nos lits en diagonale dans la pièce… Alors maintenant, notre lit est magnifiquement placé contre notre fenêtre (qui descend jusqu’au sol…), c’est affreux, pas du tout Feng Shui mais au moins, on dort ! Pour dire, je ne présenterais pas ma chambre à ma coach de design d’intérieur, c’est pour le coup que je louperais mon examen… Le meilleur, nous avons constaté hier soir qu’en plus de dormir dans un croisement Hartmann, nous avions carrément une ligne Curry qui passait sur tout notre lit… Je pense que si nous avions eu cette connaissance des réseaux telluriques il y a 3 ans, nous n’aurions sûrement pas acheté cet appartement… Il faut quand même savoir que certains gros nœuds telluriques sont la cause de cancers ! Le seul point positif, c’est la deuxième ligne Curry qui passe dans notre couloir et ça expliquerait pourquoi notre chat adore dormir dans le couloir… Ça peut paraître bizarre, mais les monuments sacrés sont intelligemment placés sur des lieux hautement énergétiques, particulièrement sur des croisements de lignes Curry de niveau 3.

Les anciens avaient ce savoir, tout comme les bouddhistes savent toujours l’utiliser aujourd’hui. Nous avons abordé la question de la religion dans la géobiologie durant le cours. Notre professeur n’étant pas pratiquante et à l’époque très cartésienne aussi.

Bref, le fait d’avoir pu changer notre vie simplement en écoutant notre corps m’a donné l’envie de pouvoir aider les autres à mon tour. Je veux entraîner, amplifier ce « pouvoir » que l’on a tous afin de pouvoir mieux ressentir les choses autour de moi. Car en fait, notre corps agit un peu comme un sonar et ça, je l’ai découvert pendant ce cours fantastique dans les ruines romaines de Lausanne.

Pour entrer dans ce petit cours de 4 heures, notre professeur du jour nous a fait faire un petit exercice d’ancrage. Un truc que j’ai mille peines à faire tellement je me laisse envahir par une multitudes de pensées. Et pourtant, c’est dire tous les efforts que je fais en développement personnel et en yoga pour me calmer. Pendant cette période d’ancrage, où on se détend et se concentre sur chaque partie de notre corps, j’ai pu ressentir des douleurs que je ne ressentais pas auparavant (car sûrement trop préoccupée par les soucis quotidiens). Une petite douleur dans l’épaule droite et dans la hanche. Ensuite, elle nous a demandé de ramener doucement nos mains l’une vers l’autre et de voir si nous ressentions quelque chose au fur et à mesure qu’elles se rapprochaient. C’est vrai qu’à partir d’une certaine distance, je ressentais comme une chaleur dans les mains. Elle nous a ensuite expliqué que nous avons autour de nous une sorte de bulle composée de plusieurs couches d’énergie (si j’ai bien compris, plus quelqu’un passe les différentes couches, et plus cela devient oppressant, c’est ce qu’on ressent quand quelqu’un s’approche un peu trop près de nous). On s’est mis 2 par 2 à environ une quinzaine de mètres chacun. L’un devait rester immobile, les yeux fermés et l’autre devait avancer tout doucement, les paumes vers l’avant, et essayer de voir s’il ressentait quelque chose quand il avançait, bref, il fallait se mettre à l’écoute de son corps et capter chaque petit signe. Et c’est là que j’ai été bluffée.

J’ai commencé à avancer, j’ai ressenti une chaleur dans les mains puis plus rien. A force que j’avançais, je ressentais à nouveau cette chaleur puis plus rien lorsque j’avançais à nouveau. Pour rester concentrer, je regardais par terre. Je ne savais pas où était la deuxième personne. J’ai ensuite expliqué à la prof ce que j’avais ressenti. Je ressentais bien une chaleur, mais comme ça s’arrêtait quand j’avançais, ça devait pas être ça… elle m’a dit qu’en fait, chaque fois que nous entrons dans une partie de la bulle, on ressent la chaleur, les picotement ou peu importe, cela dépendant de chacun. Chaque partie de la bulle (champ vital) est coupée par un mur invisible énergétique, c’est cela que l’on ressent. Une fois le mur franchi, on peu marcher à nouveau 1 ou 2 mètres sans rien ressentir puis hop, un nouveau mur. Nous avons refait l’exercice ensemble en avançant toutes les deux vers la même personne. Je me concentrais sur mon ressenti, le regard au sol. Je m’arrête et je lui dis que je ressens quelque chose, elle me dit qu’elle aussi, je la regarde, et elle était arrêtée à la même hauteur que moi… puis on a continué jusque vers la personne. Cette dernière ressentais aussi des choses quand on franchissait un de ses murs. C’était complètement dingue ! Elle nous a aussi expliqué que pour quelqu’un qui portait une pierre de protection, on ne ressentait pas son énergie. Elle en a fait l’expérience avec une personne qu’elle pensait malade (vu qu’elle ne ressentait pas d’énergie) au final, elle lui a demandé si elle portait un gros bijoux ou un grigri. La dame portait effectivement une pierre style tourmaline ou obsidienne. Comme quoi la litho, ça marche 🙂

C’est là qu’elle nous a expliqué que pour trouver des lignes du réseau tellurique, tu n’as pas besoin d’un quelconque outil. Ton corps te donne des petits signaux, il faut juste être présent et attentif. C’est pourquoi lorsqu’elle va étudier les lignes dans un lieu sacré comme une église, elle n’utilise jamais de baguettes (en particulier pour ne pas passer pour une sorcière par les croyants…). Elle ressent tout avec son corps mais c’est quelque chose qu’elle a beaucoup entraîné.

Elle nous a dessiné un plan de l’ancien temple romain pris dans le livre de Stéphane Cardinaux, « géométrie sacrée ». Avec toutes les lignes des réseaux Hartmann et Curry. J’ai appris qu’il y avait des lignes de niveau 1, 2 et 3, la 3 étant la plus puissante. Sur le lieux où nous étions, il y avait deux lignes de Curry de niveau 3 qui se croisaient en plein milieu du temple. Quand on a commencé à les chercher, elle nous a demandé de repérer les signes que notre corps nous envoyait. Quand je suis passée sur la ligne de niveau 3 qui était très large, j’ai commencé à me sentir « oppressée », comme si j’étais angoissée, stressée, avec une sorte de boule dans le plexus solaire. La dame m’a expliquée que lorsqu’elle passait dans cette ligne, elle avait envie de vomir. Plus tard, nous avons bu un thé pour un peu reprendre des forces et être toujours apte à faire les exercices. j’ai commencé à avoir une douleur dans la tête. Sans m’en rendre compte, j’étais assise pile poil au milieu de la ligne de Curry. C’est vraiment un truc de dingue. Il a également été question d’ouverture des chakras et de méditation. Pour pouvoir mettre toutes les conditions de notre côté pour sentir les énergies, nous devons pratiquer la méditation, nous recentrer, nous ressourcer et ouvrir ses chakras (un truc que je vais devoir sérieusement travailler).

J’ai refait l’exercice de l’énergie du corps hier soir avec mon chéri. On a fait l’exercice de ressentir notre propre énergie simplement en rapprochant les mains de notre corps puis en les éloignant petit à petit. Nous nous arrêtions au même endroit, avec cette sensation de fourmis dans les mains. Dingue !

Ce cours m’a vraiment donné l’envie d’approfondir mes connaissances sur le sujet. C’était très intéressant et encore une fois, cela m’a prouvé que notre corps était capable de choses incroyables 🙂

Meditation