Les 5 regrets des personnes en fin de vie

4e de couverture :

À votre avis, quels pourraient être vos 5 plus grands regrets, à l’automne de votre vie ?

Bronnie Ware – infirmière en soins palliatifs – a posé cette délicate question aux patients qu’elle a accompagnés durant leurs dernières semaines, et avec lesquels elle a tissé des liens profonds.

Émue par leurs réponses sincères et authentiques, mais aussi bouleversée par la similitude de leurs témoignages, l’auteur a souhaité les partager au travers de cet ouvrage intense qui nous fait tous réfléchir sur le sens à donner à notre vie…

Un livre courageux, essentiel, qui nous invite à mener une vie au plus près de nos aspirations…

Ce que j’en pense…

Encore un livre magnifique qui nous explique comment prendre soin de nos vie, grâce à des personnes qui ont du vécu et qui ont pu faire le bilan de leur propre vie. Un livre touchant parsemé des histoires de personnes au bout de leur chemin et des expériences de l’auteure qui lui ont permis de trouver sa propre voie.

Encore une fois, j’ai eu le plaisir de reconnaître quelques unes de mes expériences dans les siennes. Sa pratique du Yoga, de la méditation, son envie de vivre à l’écart de ce monde survolté qui passe à côté des vraies plaisirs de la vie. Son envie de se laver de tout ces conditionnement qui ont sali pendant des années notre propre personnalité, flouté nos rêves et nos véritables ambitions personnels.

Les patients de Bronnie ont fini de me convaincre sur plusieurs choses :

J’ai passé ma vie à faire ce que les autres voulaient pour moi, en oubliant mes propres rêves. A la veille de mes 31 ans, je ne savais toujours pas quel métier me permettrait de m’épanouir, me passionnerait. J’étais comme une ado qui ne savait pas ce qu’elle voulait faire de sa vie. J’ai un emploi alimentaire qui m’a fait sombrer dans la dépression, à la limite du burn-out et que mon médecin a su déceler à temps. A l’époque, j’ai fait employée de commerce parce qu’il me fallait un diplôme d’une quelconque profession pour entrer à l’école de police et que mon rêve était de travailler dans la police criminelle. Enquêter, résoudre des meurtres et mettre en prison les méchants, c’était un truc qui me bottait énormément. Auparavant, j’ai fait des écoles en fonction de ce que ma famille trouvait bien (informaticienne c’est cool, tu trouveras facilement du taff…). j’ai perdu 1 année de ma vie à faire une formation qui ne me convenait absolument pas. Aujourd’hui, j’ai compris que mon travail ne me rendait pas heureuse. Le pire, c’est de me dire que je fais un job qui me tue à petit feu et qui en plus, m’empêche de voir ma fille grandir.

Quand j’ai décidé de suivre mon cœur et de me séparer de ma dépression, j’ai fait exactement ce que Bronnie explique dans son livre. Ma vie était comme un oignon, avec plusieurs couches de douleurs, de frustrations qui m’ont empêchée de voir la belle personne qui était en moi, de m’aimer telle que j’étais. Quand j’ai commencé a peler les couches de l’oignon, je me suis redécouverte. Je me suis trouvée une passion pour la course à pied, pour la forme, pour la santé, pour l’alimentation. En enlevant ces couches, j’ai pu découvrir le bourgeon d’une rose qui ne demandait qu’à s’ouvrir, à briller.

La plupart des personnes en fin de vie regrette d’avoir trop travaillé et d’avoir oublié quelles étaient les choses essentielles : l’amitié, la simplicité, la frugalité entre autre. Pendant 5 ans, je me faisais du souci pour mon rendement au boulot. J’avais peur de perdre mon job car ma motivation était tombée au plus bas et mon travail ralentissait faute de reconnaissance de la part de mon employeur. Résultat, j’ai fait 2 dépressions passées sous silence au boulot que j’ai soignée à coup d’antidépresseurs.  La 3e a carrément fini en arrêt de travail pendant 2 mois. Si mon employeur était incapable de me dire que je faisais du bon boulot après 6 ans de bons et loyaux services, je ne devais pas m’en prendre à moi-même. Au contraire, j’ai décidé de faire du mieux que je pouvais, sans me mettre aucune pression. En sortant du travail j’oublie complètement mon job et je suis à fond dans mon entraînement sportif et dans ma nouvelle passion pour l’alimentation végétalienne et la santé en général. Je sais quelle formation me permettra d’associer santé et sport à la fois. Je pourrai donc suivre des cours du soir tout en continuant à bénéficier de mon job alimentaire. J’ai aussi compris grâce à la simplicité volontaire que je n’avais pas besoin d’être riche pour être heureuse. Je me suis entourée de véritables amis avec qui j’ai des contacts réguliers et qui me permettent d’avoir une stabilité sans précédent dans ma vie.

J’ai appris que je devais également me séparer des personnes toxiques qui salissaient mon bonheur et ne m’apportaient que de la souffrance et s’autorisaient toujours à me dire ce qui était bon ou mauvais pour moi. J’ai fait le ménage dans mes contacts téléphoniques pour terminer avec 33 contacts (dont 10 qui sont des médecins en tout genre, mon pizzaiolo préféré et mon coiffeur…). j’ai supprimé mes comptes Facebook et je vis recluse des réseaux sociaux. Mais je ne me suis pas éloignée de mes véritables amis pour autant, je trouve même que je m’en suis rapprochée. Je les vois régulièrement ou je les ai souvent au téléphone.

J’ai aussi appris à avoir le courage d’exprimer mes sentiments, à dire les choses sans avoir peur de l’effet que cela aura sur les personnes qui les recevront sans devoir faire profil bas et ruminer au fond de moi ce que j’aurais du dire au moment opportun pendant des années, rajoutant une couche d’oignon. Aujourd’hui, dès que quelque chose me plaît ou ne me plaît pas, je balance. Soit elles acceptent mes compliments ou mes remarques, soit elles les refusent. La voie qu’elles choisiront sera décisive et me permettra désormais de voir si je dois continuer mon chemin avec ces personnes ou pas.

Bref, ce livre, encore une fois, me prouve que je suis sur la bonne voix 🙂

❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s