Suunto Ambit3 Sport : après 2 mois d’utilisation quotidienne

QUE DU BONHEUR !

Voilà les mots qui me viennent à l’esprit après ces 2 premiers mois d’utilisation quotidienne. Les 2 premières semaines ont été compliquées. C’est un engin qu’il faut apprendre à connaître tellement il est complet. C’est d’ailleurs pourquoi il est recommandé de lire le mode d’emploi avant de l’utiliser… J’ai compris plus tard qu’il était possible de zoomer la carte du GPS en course (c’est pas mal quand vous faites des parcours bien compliqués mais ça, je l’ai compris après avoir lu le mode d’emploi et m’être énervée comme un boulet pour rien alors que si j’avais lu correctement le mode d’emploi, j’aurais pu savoir qu’on pouvait zoomer et je ne me serais pas perdue…).

Quand on voit la taille du monstre, on se dit forcément qu’on ne l’utilisera que pour faire du sport. Que Neni ! Depuis le 1er jour où je l’ai reçue, elle n’a plus jamais quitté mon bras (même pour dormir) et pour cause : elle possède un compteur de pas, un réveil et un écran éclairé qui pourrait très bien faire office de lampe de poche tellement il est puissant (demandez à mon chéri quand il se lève au milieu de la nuit). Le réveil est tip top dans le sens où il ne vous traumatise pas quand il sonne, le bip bip n’étant pas très puissant (juste ce qu’il faut). Il s’éteint très facilement et la lumière s’allume automatiquement (lampe de poche) ce qui est génial pour ne pas réveiller tout le monde à 4h et sortir du lit sans se prendre les coins dans le noir. Comble du bonheur, elle affiche l’heure (révolution !!!!) donc je n’ai plus besoin de sortir mon portable dès que je veux savoir quelle heure on vit. La boussole est très précise (utilisée avec une vraie boussole magnétique en parallèle) et m’a permis de trouver les lignes du réseau Hartmann chez moi. J’aime beaucoup l’écran de l’activité quotidienne qui nous indique l’intensité de notre activité, les calories brûlées et le temps de récupération jusqu’à la prochaine séance sportive.

En mode sport, c’est un vrai bijoux de fiabilité. Elle détecte la ceinture cardio très rapidement mais le plus beau, c’est la rapidité de connexion du GPS. En moyenne, pas plus de 3 secondes par beau temps, 10 par temps nuageux. Le cardio me semble très précis et le GPS, c’est une vraie bête. Il suffit de voir les parcours enregistrés avec cette merveilleuse appli qu’est Movescount sans compter les Suunto Movies qui sont vraiment très beaux. En mode « course itinéraire » (avec un itinéraire programmé), il est impossible de se perdre (quand on a compris qu’on pouvait zoomer la carte…). Avec l’appli, vous pouvez créer et marquer des points de repère (points d’intérêt) à chaque intersection ou lorsque vous voulez signaler une vue de ouf, un coin pique-nique ou simplement télécharger des parcours depuis GPSies.

Comme je me lance progressivement dans l’entraînement du triathlon (sprint pour commencer) en attendant d’avoir les fonds nécessaires pour me payer un vélo de course, j’ai également programmé le mode triathlon sur la montre. Je l’ai essayé pour voir comment ça fonctionnait et c’est vraiment d’une utilisation enfantine. Le mode triathlon lance la natation, puis une phase de transition (toujours chronométrée), le mode vélo, phase de transition, puis mode course à pied, le tout, en appuyant simplement chaque fois un seul petit bouton au début de la course, au début et à la fin de chaque transition (il ne faut pas non plus oublier de stopper la course quand elle est finie 😀 ). La montre se charge toute seule de changer le style de sport <3

Bref, après ces deux premiers mois d’utilisation, je ne peux qu’être extrêmement satisfaite des prouesses de ce petit bijoux (je n’ai pourtant pas été payée par la marque). Elle est esthétiquement très belle et donc se porte facilement au quotidien et rempli parfaitement son job de montre sportive connectée. Après 2 mois d’utilisation, je sais instinctivement lequel des 5 boutons je dois presser pour activer telle ou telle fonction. Après avoir utilisé la Garmin Vivosmart HR+, c’est vraiment le jour et la nuit en matière de précision et surtout, de confort (la Garmin me faisait mal au poignet à cause du boîtier GPS et du cardio mal placés pas du tout ergonomique alors que la Suunto se fait complètement oublier). En ce qui concerne la batterie, avec 3 à 4 entraînements de course par semaine sans compter les séances de yoga et de renforcement musculaire, je la recharge pas plus d’une fois par semaine. Elle dure vraiment bien. Par exemple, pour mon 10 km de Payerne, j’ai utilisé le GPS pendant 1h avec le cardio activé de 9h45 à 17h, ma batterie affichait encore 80 % à la fin de la journée, sachant que c’est principalement lorsque le GPS est activé que la montre perd le plus de batterie. 20% de décharge pour une 1h d’utilisation en mode GPS et en mode Cardio pendant 7h, c’est très correct. A tester pendant 4h en mode GPS pour voir si elle tient sur le marathon 🙂

Edit du 02.03.2017 : J’ai oublié de préciser que cette montre peut être directement connectée à votre smartphone via Bluetooth. Elle vous alerte lorsque vous recevez un appel ou un message (testé avec sms et Whatsapp). Cela me permettait de ne rater aucun appel alors qu’avant, c’était loin d’être le cas. J’ai toutefois arrêté cette fonction à cause des ondes Bluetooth (je porte ma montre 24h/24) et de toute façon, je n’ai pas besoin de lire les messages que je reçois lorsque je cours, ça me déc0ncentre… En plus, sans tourner dans la paranoïa, je sais pas trop ce que ça vaut au  niveau de la santé d’avoir constamment du Bluetooth en recherche sur soi, déjà que la montre utilise le Bluetooth pour se connecter à la ceinture cardio pendant les séances sportives. On fait déjà l’effort de couper le WIFI chez nous quand on ne l’utilise pas et dès que je le peux, je mets mon téléphone en mode avion (pour la musique, je télécharge mes playlists Spotify donc pas de souci). Et quand je cours, c’est justement pour me couper du monde.  Mais bon, juste pour dire que cette fonction existe bel et bien sur cette montre 🙂

<3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3