Maman depuis 22 mois !

Aujourd’hui, à la garderie, on m’a appris que ma petite crapule buvait toute seule avec un gobelet. Et là, je me rends compte à quel point elle a grandi vite sans que je m’en aperçoive. Ce n’est plus un bébé mais une petite fille déjà très autonome pour son âge. Je me souviens du premier gros mot de Crapule enregistré grâce à sa folle de mère : Put+ »*…. Quand je l’ai entendu dans la bouche de ma fille, on aurait pu voir Code Quantum « Ha bravo… ». Du coup, je lui ai fait une leçon de morale sur les gros mots dans la voiture pendant 30 minutes en sachant pertinemment qu’un bébé de 22 mois, il s’en fout… Surtout qu’elle ne comprendra peut-être pas le dixième de ce que je lui ai raconté mais j’en avais besoin peut-être pour me corriger moi-même et c’est con, mais ça a marché ! Maintenant, quand je m’énerve au volant (et c’est très souvent le cas quand j’ai un boulet devant moi qui n’a toujours par trouvé le champignon), je me fais carrément engueuler par ma fille ! « Mamaaaaaaaaaaan ! Pas Boooooooooooo ! Ok, là, autant dire que je me calme tout de suite et que je pique immédiatement un fou rire quand je vois la tête accusatrice de ma Crapule à l’arrière qui se met aussitôt à se marrer <3 Elle me le fait également quand je dis le fameux gros mot… voilà voilà… Maintenant il faut dire « OHLALA MAIS AVANCE !

Et puis je repense à nos débuts de parents, nos craintes, nos angoisses. Ce qu’on aurait voulu savoir dès le début pour peut-être nous éviter bien des soucis et des paranoïa… Je pense aussi à mes amies qui ont des tout petits en ce moment ou qui en auront bientôt.

Notre crapule est née avec des complications et a passé ses 12 premiers jours en néonatologie. Un service ultra aseptisé en pleine période de grippe. Bien avant qu’elle arrive, j’ai eu le temps de voir plein d’horreurs sur des bébés qui mourraient à cause d’un simple bisou d’une visite à l’hôpital alors j’avais peur de tous les microbes, chaque visite me faisait peur. Chaque fois qu’on allait voir la petite, c’était désinfection obligatoire des mains jusqu’aux coudes, plusieurs fois par jour (vive les gerçures) et un masque sur le visage en prévention.

Alors quand on se retrouve soudainement dans notre maison, pas du tout aseptisée, avec deux chats qui pissent partout et des tumbleweed de poils qui volent ici et là, il n’y a pas de quoi être rassurée… J’ai développé une maniaquerie chronique. J’ai jamais autant fait le ménage de ma vie. J’ai voulu faire un petit article pour partager avec vous ces petits accessoires qui m’ont sauvé ma vie de jeune maman quand parfois, c’était le désespoir. Pour moi, ça a marché, pour d’autre non, a tester, comme pour tout 🙂

En dehors des couches, des bodies et des pyjamas, le truc qui nous a sauvé nos nuits, c’est la couverture miracle de Red Castle. Crapule s’endormait tout de suite quand elle était emmaillotée. C’était un conseil de notre pédopsychiatre qui nous a dit que pour le bébé emmailloté, c’était comme d’être dans le ventre de sa maman et que cela le rassurait.

couv-miracle-blanc-beige-in-situ-1-g

Nous avions une trouille bleue de la mort blanche, la mort subite du nourrisson (après tout, notre fille était en asphyxie lorsqu’elle est née). J’ai eu la chance (c’est ce que je me dis aujourd’hui) que l’allaitement n’ait pas fonctionné et du coup, notre crapule à commencé à faire ses nuits à 2 mois (de 20h à 4h puis de 20h à 8h vers 3 mois). Je pense que c’est grâce à nos bib de lait échelonnés toutes les 4 heures grâce à l’hôpital qu’elle ait pu faire ses nuits aussi vite (peut-être surtout qu’elle était rassasiée tout de suite). Malgré le fait que nous pouvions dormir 8h sans souci, nous ne pouvions nous empêcher de nous lever plusieurs fois la nuit pour aller voir si elle respirait toujours. Si seulement nous avions possédé le tapis détecteur de mouvements TOMY TFM575 dès le début, nous aurions été beaucoup moins fatigués et traumatisés par l’idée de retrouver notre enfant inerte au matin…

packagePour ces moments où bébé ne veut plus vous quitter, il y a l’écharpe de portage JPMBB originale et le super porte-bébé Manducca pour faire des sorties super sympa et super confortables tout en faisant attention à la physiologie de bébé <3 Grâce à l’écharpe, j’ai pu faire le ménage, la cuisine,… tout en ayant bébé avec moi qui faisait dodo. Gain de temps assuré et nerfs mis à moins rude épreuve !

Arrivent les périodes où il fait super froid et on sait comme c’est chiant de mettre des couches et des couches d’habits aux tout petits pour les enlever ensuite dans la voiture. C’était avant qu’on découvre les chancelières pour poussette ET SURTOUT, pour cosy !!!!

Pour venir à bout des régurgitations et Dieu sait s’il y en a eu, nous avons acheté un plan incliné pour son lit ainsi qu’un tapis à langer incliné. Elle régurgitait toujours, mais beaucoup moins. Le truc pour que le bébé ne glisse pas du plan, c’est de lui mettre un linge roulé sous les fesses.

Et puis il y a eu ces moments difficiles au restaurant où les chaises bébés n’étaient pas adaptées pour un tout petit bébé comme le nôtre (ou alors il n’y en avait tout simplement pas…) ou comment un moment censé être sympa se transforme en enfer… Nous avons découvert le sac à langer rehausseur adaptable à quasiment toutes les chaises de bistrot. Plus de mauvaises surprises, nous pouvions sortir le cœur léger !

Et puis la poussette. On s’est laissé influencer par l’effet de mode de la fameuse Bugaboo. Problème, nous vivons à la campagne avec une majorité de chemins agricoles et forestiers. La Bugaboo est une bouse en tout terrain et franchement, elle ne vaut absolument pas son prix tellement le châssis semble être de mauvaise facture. Nous l’avons virée contre une poussette 3 roues de compétition et super pas chère. Si c’était à refaire, dès le départ on investirait dans une 3 roues de qualité comme celle-ci. Nous avons opté pour la Bob Revolution Pro. Une poussette de « running » donc ultra confortable avec ses roues de vélo et son frein à la poignée. Elle se plie ultra facilement et malgré son gabarit, elle passe facilement dans mon coffre.

bild3c_20000106-89526

En parlant de coffre, il y a toujours des forums où les mamans demandent quel type de voiture faut-il avoir lorsqu’on va avoir un bébé. Je me suis fixée mes propres critères avant d’acheter ma voiture :

  • Compacte et donc facile à parquer et look sportif obligatoire (oui, je suis une keke…). Je suis une jeune maman, pas une grand-mère (souvent quand on dit enfants, on pense minivan ou break dégueu…).
  • Un minimum de puissance (au minimum 140 cv pour maman ancienne pilote de Kawasaki Z800).
  • Un bon coffre de 380 litres.
  • Une super tenue de route (je déteste les bateaux avec des amortos tout mous…). Bref, il faut que ça colle à la route.
  • 5 portes (obligatoire).
  • faible consommation (la mienne fait environ 900 km avec un plein de 55 litres, une fois, j’ai même réussi à faire 1000 km… son petit moteur 1.4 est juste parfait).
  • Pas trop chère au niveau des assurances (je paie 125.- de plaques par année en raison de sa faible émission de CO2 et 1300 fr de casco complète avec toutes les options comprises).
  • sécurité maximum (airbags partout, surtout latéraux). Crash test irréprochable (elle est la meilleure de sa catégorie si on enlève la sécurité « piétons »).
  • Isofix (évidemment).
  • Vie à bord super cool, Bluetooth, mains-libres, carte SD,… et surtout sièges chauffants.

Et mon choix s’est porté sur une Seat Leon 3 FR. Dehors, j’ai pas l’air d’une maman poule et pourtant, j’ai toute la place qu’il faut à l’intérieur 🙂 Avec une autre amie maman (qui a pourtant un SUV) nous avons pris ma petite voiture pour aller à Lausanne car elle ne voulait pas rouler en ville avec la sienne. On a casé deux bébés à l’arrière dans leurs sièges cosy et deux poussettes dans le coffre (Bob + poussette canne). En rentrant, on a encore réussi à mettre tous nos achats. Trop contente de mon choix et je ne la changerais pour aucune autre 🙂

Pour le reste, je dis vive le sérum phy, le liniment et les pyjamas à fermeture éclair (marre des boutons, surtout quand bébé grandit 😀  !!!!). Il faut y aller au feeling et arrêter d’écouter tout ce que les autres mamans veulent nous apprendre. On n’est pas toutes pareilles, on ne réagit pas la même chose face à la vie. Il n’y a pas de parfaite façon d’être maman et aucune maman n’est parfaite (c’est ce qu’on essaie de faire croire…). Comme on dit, c’est en forgeant qu’on devient forgeron !

<3