Tout est clair, maintenant.

978_2_8132_0916_0_une_181_282_1455878272

4e de couverture :

Après avoir enseigné l’auto-assistance (self-help) et l’estime de soi pendant 40 ans, le Dr Wayne W Dyer revient ici sur les expériences importantes qui ont transformé sa vie. Il propose le portrait intime d’un enseignant extraordinaire, mais il offre également des conseils importants pour les personnes qui sont sur la voie d’un éveil personnel. – Les mémoires du Dr Wayne W Dyer, décédé le 29 août 2015. – De son enfance passée dans les orphelinats à son service au sein de l’armée des Etats-Unis, jusqu’à son évolution personnelle en tant qu’auteur de best-sellers. – Répartis en 58 chroniques, ces mémoires parlent aussi de notre vie. A chacune de ces chroniques, Wayne Dyer raconte son souvenir puis ajoute son message avec l’accroche «Tout est clair maintenant», car chaque étape de notre cheminement a quelque chose à nous apprendre. – Ses propos nous permettent de nous poser des questions sur notre propre vie pour voir comment tout ce que nous avons connu nous a mené où nous sommes aujourd’hui. – Le témoignage émouvant du parcours hors du commun de l’une des personnes les plus influentes dans le domaine du développement personnel.

Ce que j’en pense…

Tout est dans le titre ! Je fais partie de ces âmes perdues qui ont longtemps muselé leur intuition en pensant que ce que les autres pensaient pour moi était juste. Typiquement, mon orientation professionnelle a précisément toujours été « orientée » par mes proches. Aujourd’hui, à 31 ans, je fais un job qui ne me correspond absolument pas, je suis malheureuse et je suis toujours à la recherche de ma vocation.

Je ne connaissais pas Wayne Dyer jusqu’à ce jour où je me suis rendue pour la première fois dans mon salon de coiffure  « zen et naturel » actuel. Les magazines n’ont rien à voir avec ceux proposés chez les coiffeurs lambda, à savoir « People » et autres torchons du genre histoire de vous « débiliser » un peu plus avec des… débilités. Dans mon salon de coiffure, on vous propose uniquement des magazines en relation avec le développement personnel comme « Happinez ». Ce fameux jour, je suis précisément tombée sur un article de Wayne qui m’a particulièrement touchée et donné l’envie de le connaître davantage. Une année s’est écoulée avant que je tombe sur ce fameux livre sur un présentoir de ma librairie préférée. Je l’ai pris. J’ai mis 6 mois avant de le lire (j’ai beaucoup de livres sur le feu  🙂 ). Comme par hasard, il a suivi « Le défi des 100 jours » et « Prenez soin de vous, n’attendez pas que les autres le fasse »…

Le hasard, j’y crois de moins en moins. J’ai lu 3 livres à la suite qui parlait de suivre son intuition, de se fixer des intentions, d’écouter son « Moi supérieur ». Alors que je n’avais aucune idée de ce qu’étaient ces notions auparavant. Ce dernier livre de Wayne (décédé en 2015) nous raconte l’histoire de sa vie, de tout ces « miracles » qui l’ont amené à sa notoriété mondiale. Cet homme est très touchant même si parfois je le trouvais un poil prétentieux dans sa façon d’écrire certains rares passages mais je lui pardonnais très vite. Il a suivi son intuition jusqu’au bout. Il a accepté nombre de propositions de personnes qui étaient mises sur sa route pour qu’il puisse réaliser sa destinée. Grâce à lui et à Jean-jacques Crèvecoeur, je suis persuadée que nous avons tous un plan de vie prédéfini sur cette Terre et que des évènements sont mis sur notre chemin pour que l’on puisse faire des choix. Suivre son intuition (celle qui nous pousse généralement à faire les choses en accord avec nous-même et au chemin de vie qui nous est destiné) où faire le choix de la raison et de la sécurité et finir malheureux.

C’est vrai, j’ai toujours porté beaucoup de poids à ce que les autres pouvaient penser de moi. Mon éducation à très probablement influencé ma vie et surtout, j’ai construit ma vie sur les mensonges de ma famille en lien avec les 6 premières années de ma vie. J’ai fait le rapport avec ce qu’on m’avait raconté sur ma mère, sur le fait qu’elle ne me voulait pas, qu’elle m’avait abandonnée, qu’elle me faisait des choses odieuses… avec tout le reste de ma vie. Dans ma tête, ma mère m’avait rejetée. Durant toute ma scolarité, j’ai été rejetée et j’ai toujours eu le statut de bouc-émissaire, j’ai eu beaucoup de peine à me faire apprécier de ma belle-famille. De ce fait, je me suis toujours sentie rejetée.

Inconsciemment, je faisais certainement en sorte que tout le monde me déteste. Moi-même, je me détestais. J’en étais arrivée à un tel point que je ne voulais plus vivre. Je ne voyais pas l’intérêt de vivre dans un monde qui me rejetait. Et puis un jour, j’ai décidé d’écrire à ma mère, cette femme que je n’ai pas revue depuis 25 ans. Cette femme sur laquelle on m’avait dit tant de mal. Je voulais connaître sa version des faits en lui écrivant LA lettre dans laquelle j’ai résumé toute ma vie, toutes ces choses qu’on m’avait racontées sur elle. Elle m’a alors parlé de son passé, de la mort de ses parents, de son mariage, de ma naissance et de celle de mon frère et toutes ces choses qui se sont passées en dehors du « cercle » familial paternel. Ces choses dont personne hormis mon père et elle ne pouvait être au courant. Je n’ai pas été choquée plus que cela puisque j’avais vécu certains moments similaires dans ma vie. Je lui ai téléphoné, je lui ai dit que je ne lui en voulait plus, qu’il fallait avancer malgré les histoires qui nous ont gâché 30 ans de relation mère-fille. D’un autre côté, j’ai pardonné les erreurs de ma famille. Mais j’éprouvais une sorte de colère au fond de moi. Lors d’une promenade en forêt, j’ai pris le temps d’écrire une lettre à ma grand-mère décédée, celle qui m’avait éduquée puisque ma mère n’était pas là pour le faire. C’est en partie ma grand-mère qui m’a raconté toutes ces horreurs sur ma mère, elle pouvait inventer ce qu’elle voulait, mon père étant souvent absent à cause de son travail. Elle entrait parfaitement dans le schéma type de la belle-mère qui dénigrait sa belle-fille car elle lui avait enlevé son fils chéri. J’ai ensuite jeté la lettre à la poubelle et je me suis sentie beaucoup mieux.

Wayne parle du « Moi supérieur », Crèvecoeur parle également du « Moi supérieur » tout comme Lilou Macé. Ces 3 personnes m’ont permis de comprendre ma vie et d’en reprendre le contrôle après des années de fausse route. Il y a encore beaucoup de choses à démêler mais aujourd’hui, grâce à eux, je sais que je peux faire confiance à mon « Moi supérieur ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s