Le jour où j’ai fait pipi debout

Non non, vous ne rêvez pas, j’ai encore réussi à trouver des trucs bizarres pour embellir ma vie de trentenaire !

Il y a 4 ans, j’ai découvert la Mooncup, un objet qui a carrément révolutionné ma vie de femme, et surtout, mes menstrues (mode glam on). Un gros problème d’hygiène et de confort résolu qui m’a permis de finir par carrément kiffer ce fabuleux moment où tu te vide de ton sang par le bas chaque mois. Ce moment jouissif où, quand une amie te demande « t’as pas un tampon? » et que toi tu réponds « ha non, désolée, je suis passée à la cup! ». (dixit la miss qui pensait que les cups étaient trop dégueulasses pour être connues…) Être une nana, c’est pas toujours facile, alors si on peut rendre nos règles agréables, c’est déjà un bon point non ? Mais bon, comme aujourd’hui je prends une pilule mini dosée, je n’ai plus de ragnagna du tout (c’est pas mal non plus).

Deuxième point sensible, le pipi en dehors de la maison… Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai failli exploser ma vessie faute de trouver un endroit convenable pour y déposer mon pipi… La dernière fois où j’ai failli préférer me faire pipi dessus plutôt que de risquer l’infection urinaire, c’était dans les WC du Jungfrau Parc. J’ai jamais vu des toilettes aussi crades. De l’urine et des excréments sur la lunette de la seule et unique toilette ouverte au public (il faut dire que si ce parc accueille 50 personnes par jour, c’est beaucoup vu la nullité du truc…).

Et il y a ces moments sympas, 5 heures d’autoroute, puis des routes à travers des bleds paumés, pas un seul arbre d’1m50 de diamètre à l’horizon qui ne soit pas déjà jonché de PQ tout autour, pas un buisson, et là ton mec te sort « il faut que je pisse » alors que ta vessie est au bord de l’explosion et que tu es bien décidée à attendre les 3 prochaines heures de route avant de pouvoir faire ton pipi. Le gars, debout derrière la voiture qui ne fait même pas attention aux autres voitures qui passent à côté. La solidarité bordel ! Mais ça, c’était avant la Go Girl !

FullSizeRender
Une fois plié, l’engin tient dans cette jolie boîte rose (à côté d’un livre format poche).

A force de lire des livres de développement personnel qui vous disent qu’il faut se foutre du « qu’en dira-t-on », voilà où ça nous mène !

Sérieusement, j’ai découvert Go Girl (ou pisse-debout) en surfant sur des sites pour savoir comment survivre 4 jours dans un festival (Chant du Gros), seule avec sa tente au milieu d’une horde d’alcooliques beuglant des chansons paillardes à la fin des concerts jusqu’à 6h du mat. C’est bien connu que les chiottes des festivals sont prises d’assaut et qu’il faut feinter pour trouver un moyen de se démarquer. En parlant de marquer son territoire, ma deuxième trouille de mon festival de 4 jours en solo, c’était qu’un desdits alcooliques vienne lui-même pisser sur ma tente toute neuve (blanche en l’occurrence) bien plus que de passer 4 jours sous 1 m de boue (cela dit, est-ce qu’une Quechua 2 seconds passe à la machine ?). Finalement, la grande festivalière que je suis à décidé d’aller passer ses 4 nuits au camping communal… pour le plus grand bonheur de ne pas se faire pisser sur sa tente (hormis par un renard pompette) et de mon sommeil.

Et au fil de mon éternel fouinage, je suis tombée sur ce petite objet fabuleux ! J’ai lu les avis, dont une majorité de positifs et j’ai commandé tellement je voulais essayer par moi-même et ne plus devoir chercher pendant 20 minutes une forêt où je pourrais me lâcher peinard.

On préconise de l’utiliser sous la douche la première fois et si possible sans vêtements. Mais comme j’ai un ego surdimensionné et une totale confiance en moi… je l’ai essayée avec mon jean le plus moulant, devant ma toilette (j’ai quand même demandé conseil à un expert de plus de 33 ans d’expérience). Et en route Simone ! C’est un peu déconcertant d’être debout la première fois. Le pipi se fait timide et j’appréhendais de me pisser dessus mais soudain, youhoooooooo le pipi s’écoule dans le tube devant mes yeux ronds comme des pastèques ! Et effectivement, ça donne presque envie de chialer ! 31 ans pour découvrir ce truc et pas une seule goutte sur la culotte ! Mais comment j’ai pu m’en passer !

Je l’ai utilisé une seule fois pendant mon festival. En cherchant le camping pour poser ma tante, j’avais une envie horrible de faire pipi. Je me suis trouvée un arbre près d’une route et zouuuuuuuh le pipi qui arrive et là, le moment qu’une voiture choisi pour passer à côté de mon arbre… J’avais le dos tourné évidemment mais cela n’a pas empêché le mec de ralentir pour voir que c’était bien une fille et non un mec qui pissait U_U

Il est vendu dans une jolie petite boîte rose avec un sachet plastique pour le ranger après pipi (mode zéro déchet off) et un petit mouchoir qu’on peut mettre dans le bouchon et qu’on changera si possible après chaque utilisation. C’est super enfantin d’utilisation. Certaines n’aimeront pas (et préféreront continuer à muscler les cuisseaux au-dessus des chiottes crados) et beaucoup adoreront cette nouvelle liberté qui nous manquait depuis la naissance de pouvoir faire des dessins dans la neige, de ne plus s’éclabousser les godasses accroupie au-dessus d’un chardon ou de rester en lévitation au-dessus d’une toilettes qui a vu passer toutes les MST. Et moi, J’A-DO-RE!

<3 <3 <3 <3 <3