Sirop de sureau

Grâce à cette recette, j’ai pu goûter au plaisir de la cueillette sauvage en forêt. Le sureaux est en fleur et c’est le bon moment pour faire son propre sirop maison. Lors de la cueillette, il faut faire attention a ne pas secouer les grappes car nous avons besoin du pollen pour fabriquer le sureau et de ce fait, il ne faut pas non plus laver les grappes sinon vous perdez tout. He oui, c’est la nature, il y aura peut-être quelques minuscules petites bêtes dans vos fleurs mais c’est la vie…

Evitez de cueillir votre sureau à côté d’une route pour éviter qu’il ne soit pollué et surtout, veillez à cueillir le bon sureau comestible, le sureau commun ou sureau noir (pour les fruits qu’il donne)

C’est un arbre avec des feuilles dentelées et de jolies fleurs blanches qui pousse en hauteur (comme un arbre…et vous verrez pourquoi). Celles que j’ai utilisées pour mon sirop (oui, on utilise les fleurs pour le sirop). C’est celui qui pousse de façon sauvage dans nos campagnes. Il faut le cueillir assez haut pour éviter que les animaux de la forêt ne souillent ses fleurs (risque d’echynococcose entre autre avec les renards). Il existe une autre variété de sureau comestible mais qui pousse dans le Midi et les zones montagneuses, le sureau rouge, sambucus racemosa

ts0426_2l

Soyez très prudents avec la 3e variété de sureau, le sureau yèble ou petit sureau (sambucus ébulus) qui lui, est très toxique. Il n’est pas très haut et pousse souvent en groupes très serrés. Contrairement au sureau noir, ses feuilles sont longues et cannelées. Il mesure entre 1 et 2 mètres et a de petites fleurs blanches aux étamines roses (jaunes pour le comestible).

Attention, ils sont tout les deux très présent dans nos campagnes et il se ressemblent fortement. Il poussent dans les friches, aux bords des chemins, dans les fossés, dans les haies et parfois côte à côte. Le sureau yèble se différencie du sureau noir par une floraison plus tardive (plutôt de fin août à fin septembre) mais surtout, à maturité, le sureau yèble tourne ses fruits toxiques vers le ciel alors que le sureau noir tourne les siens vers le sol. Le sureau yèble disparaît en hivers. Le sureau noir reste présent et fait du bois.

Il n’est pas conseillé de manger les baies du sureau noir crues car elles sont légérement nocives et peuvent provoquer vomissements et/ou diarrhés. La cuisson du fruit (ou de son jus) supprime la sambucine (alcaloïde toxique) qui disparait à plus de 65° et rend le fruit parfaitement sain à la consommation et la transformation (gelées, sirops, ….)

http://lamaisondusureau.over-blog.com

Ingrédients pour 1,5 litre : 

  • 1 kg de sucre
  • 1 litre d’eau
  • 1 citron bio
  • 15 grappes de fleurs de sureaux

Faire cuire le sucre et l’eau en sirop.

Une fois le sirop prêt, enlever la casserole du feu et ajouter les fleurs de sureau (je répète qu’il ne faut pas les laver, il faut les secouer LEGEREMENT pour déloger d’éventuels résidents). Couper le citron en 4 ou 5 morceau et le plonger également dans le sirop.

Laisser infuser le tout 24 heures puis filtrer.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s