Grosse satisfaction et belle allergie

Capture

Il est temps de constater amèrement qu’à une dizaine de jours d’une de mes courses les plus importantes de cette année, je n’ai pas vraiment été très pointilleuse sur mes entraînements de CàP… Il faut dire que depuis l’arrivée de mon Cube, j’ai un peu délaissé la discipline pour le vélo, que j’adore. Donc quand il fait beau, j’ai trop envie de sortir mon vélo et à contrario, quand il fait moche, d’aller courir (ou pas, puisque la motivation s’est souvent fait la malle aux Maldives et que je préfère bouffer des cookies vegan devant une bonne série…). Donc du coup, je tente de me rattraper sur les tapis de courses de la salle quand ils ne sont pas carrément squattés par des gens qui… marchent. Mais là encore, je m’ennuie très rapidement et je dépasse rarement les 20 minutes… Sauf que dans 10 jours, c’est 17 km à parcourir avec pas mal de dénivelé en moins de 2 heures… (si je ne veux pas perdre la face et vendre tout mon matos de triathlon pour finir ma vie à faire de l’aquabike).

Donc hier, je me suis mise un grand coup de pied au luc. Juste après avoir mangé une bonne grosse assiette de patates, tomates, tofu fumé, me voilà partie pour une petite séance à la one again d’environ 5 km. Petit moment idéal pour tester ma nouvelle tenue de ma nouvelle marque fétiche : Nike. Ça va encore me coûter un bras en fringues mais quand on aime, on ne compte pas ! Le petit gilet sur le pull n’était d’ailleurs pas de trop. Même en courant, il faisait quand même un peu frisquet. D’ailleurs, merci à Nike de prévoir des poches dans ses gilets assez grandes pour contenir un iPhone 5S et un stick de gel ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ , j’en avais un peu marre de courir avec mon iPhone dans ma brassière bien dégoulinante de sueur faute de supporter ces foutus brassards pour portables (petite note en passant, l’iPhone 5S supporte bien les éclaboussures salées mais bon, comme il ne se vend plus, je tenais quand même à le préciser 😀 ).

Donc je pars avec mon ventre bien rempli à ras-bord, sans eau (5 km c’est pas la mort…) avec un tout nouveau gel à tester. Le gel bio Speedfruit de Punch Power. Mais c’est surtout pour le goût car on est bien d’accord qu’en 30 minutes d’effort, on ne risque pas de constater d’énormes effets. Je pars également avec des mollets au bord du suicide (vive le body pump du mardi) mais qui se font oublier pendant les 3 premiers km. J’en profite pour gober mon stick, assez spécial sans eau mais extrêmement bon ! Un très bon point en plus d’être bio et donc, sans saloperies. Étonnamment, j’ai un très bon rythme pour une pelée qui n’a plus couru sur route depuis 3 semaines… Je sens que j’avance bien, même très bien, sans être trop essoufflée. Le pied ! J’entame les 2 derniers km avec une petite descente et là, c’est le drame… Le réveil des mollets agonisants… Ça me fait super mal mais je tiens la cadence (peut-être que mes compressions auraient pu m’aider, ou pas).

Au bout de 5,3 km, j’arrête la Suunto et me met en mode récup. Marche rapide jusqu’à la maison. Je regarde un peu le résumé de la sortie et me dit qu’encore une fois, j’ai vraiment fait… de la bouse ! Ayant mal fait le rapport temps/distance et pensant que je  m’étais traînée à 9 km/h et tellement habituée à mon pauvre 10 km/h de croisière, je m’attends alors à une performance de course en chute libre, en passant de 43 à 40

Capture

et là, je vois 44 !!!!! Danse du luc ! En fait, j’ai légèrement pulvérisé mon temps habituel sur 5 km en courant tout à fait normalement, comme lors d’une course, avec des jambes explosés et un estomac rempli de patates en digestion avec une moyenne de 11 km/h ! 😀 😀 😀 😀 😀 C’est pas grand chose, mais pour moi, c’est énorme ! Je constate avec un énorme plaisir que même en ayant couru très peu, je n’ai pas délaissé mon cardio grâce au vélo et à la natation et que surtout, je suis plus performante 🙂 Idem au niveau du pic d’effet d’entraînement, avec un joli 4,4

Capture
selon le test de GregRunner

J’avais la patate et je m’en suis d’ailleurs pris une dans chaque œil avec des douleurs pas très sympas dans l’œsophage et du mal à respirer, les symptômes typiques d’un aliment que j’ai ingéré et auquel je serais allergique, en rentrant à la maison. Je mets tout de suite la faute sur le gel, à mon grand désarroi car il me plaît beaucoup. Je ne suis pourtant allergique à aucun de ses ingrédients, 100 % naturels… et ce matin, je me souviens que le tofu qu’on avait mangé n’était pas le même que d’habitude et qu’il contenait… des amandes ! Ça tombe bien, aujourd’hui, je mange les restes d’hier… On verra si ça recommence. Demain, je testerai à nouveau le gel fruité tout seul. Pas question d’abandonner aussi facilement le bio, surtout qu’il y a énormément de produits Punch Power qui m’intéressent 🙂

Edit du 25.09.2017: finalement, c’était bien une allergie aux amandes que contenaient le tofu. Tant mieux, car j’aime beaucoup les gels PunchPower 😀

❤ ❤ ❤ ❤ ❤

Un dentifrice solide maison

IMG_3767

Après les shampoings solides, les savons solides et le déo « presque » solide, je m’attaque désormais au dentifrice solide ! J’ai mis du temps à réaliser à quel point c’est pratique de passer au solide et surtout, c’est écologique et bien plus naturel !

Le dentifrice solide est la suite logique de mon utilisation du shampoing solide qui auparavant, me semblait être une aberration. Aujourd’hui, j’utilise le shampoing solide à la maison et mes cheveux sont tout aussi beaux et propres. Mais j’ai toujours une grosse bouteille de savon dans mon sac de sport, étant donné que le solide, il faut le laisser sécher et c’est compliqué dans mon sac (ok, je me trouve encore des excuses…).

J’ai découvert le dentifrice solide dans mon magasin de vrac à Yverdon. C’est le Crystal de la très jolie marque éthique Pachamamaï. J’étais surtout curieuse de voir comment ça pouvait bien s’utiliser. J’ai pas trop réfléchi et j’en ai pris un.

FullSizeRender 3
Lors de mes petites vacances en solitaire, j’ai pris avec moi mon déo maison dans son petit pot tout petit qui ne prenait quasi aucune place. Il ne m’a pas laissée tomber et il m’a été très pratique. J’ai également emporté le dentifrice Pachamamaï et comme le déo, j’adore le format ultra petit, ultra pratique et son goût particulier. La première fois, j’ai été étonnée par ce goût mentholé un peu « savonneux » et puis au fil des jours, je m’y suis habituée et maintenant, j’adore ! L’utilisation est simple. Il suffit de mouiller sa brosse à dent et de frotter le dentifrice avec. Puis on se lave les dents… On laisse sécher le dentifrice dans un endroit à l’abri de la poussière puis on referme le couvercle.

Le format de Pachamamaï est super lorsqu’on voyage. Ce qui est chouette avec cette marque, c’est qu’on retrouve des recharges pour la boîte => moins de déchets ! Même si je continuerai d’utiliser le Crystal pour mes séjours hors de la maison, j’ai décidé de fabriquer moi-même mes dentifrices et vous verrez, encore une fois, c’est extrêmement simple et bien plus naturel que ce que vous utilisez chaque jour. J’ai repris la recette de Oum Naturel

Il vous faut :

  • 5 g d’huile de noix de coco
  • 5 g d’argile verte
  • 15 g de carbonate de calcium (blanc de meudon)
  • 10 g de SCI (sodium cocoyl iséthionate) que j’ai trouvé sur Aroma Zone, il s’agit de l’agent moussant
  • 10 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée
  • 10 gouttes d’huile essentielle de citron

Mélanger l’argile avec le carbonate de calcium. Ajouter ensuite le SCI et mélanger. Ajouter enfin l’huile de noix de coco et chauffer au bain-marie tout en mélangeant pendant environ 5 minutes.

Pour terminer, ajouter les huiles essentielles, bien remuer et déposer la pâte obtenue dans des petits moules à glaçons, tasser avec les doigts (propres). Puis ajouter un bâton en bois au milieu (trouvés au brico-loisir de la COOP au rayon bricolage), suffisamment longs pour dépasser de votre verre de salle de bain afin que le dentifrice sèche bien. Déposer les moules à glaçons au frigo pendant 30 minutes puis démouler. C’est prêt ! Perso, je laisse reposer quand même une nuit complète avant de les utiliser 🙂

Chant du Gros 2017

IMG_3755

Ma semaine annuelle de vacances en solo est derrière moi et je n’en retiens que de belles choses, de magnifiques souvenirs, de belles personnes ! Durant cette semaine, j’ai appliqué le concept « si tu ne demandes rien, tu n’as rien, alors demande… ou qui ne tente rien, n’a rien… » ce qui est un peu la même chose. Ben franchement, je vais continuer à y aller au culot 😀

Lundi, j’ai pu boucler ma première grosse sortie vélo d’environ 95 km. Un magnifique tour du lac de Neuchâtel qui m’a permis de tester des produits que je pourrai utiliser sans crainte lors de Morat-Fribourg et du semi-marathon de Lausanne (ça y est, je me répète 😀 ).

Mardi, petite séance de shopping à la place du sport (gros besoin de récupération) et une délicieuse assiette de pâtes fraîches aux champignons dans un take away du MMM de Crissier (une adresse à fortement retenir). Le soir, j’ai pu partager un repas avec d’anciens potes motards et ça m’a drôlement fait plaisir de les revoir. Des rires à m’en faire pleurer, comme d’habitude. Le mercredi fut mon jour de maman, comme tous les mercredis.

Jeudi, départ pour Le Noirmont, comme l’année passée,  pour assister à mon festival préféré de tous les temps, par tous les temps et toutes les températures, le 26e Chant du Gros. Toujours plus gros ! Toujours plus fort !

DATA_ART_11499047.jpg

La journée commence merveilleusement bien avec un massage de « seulement » 2 heures, effectuée par une masseuse d’une gentillesse, d’une patience et d’une méticulosité incroyable ! Un massage du corps pendant 1h30 où elle a particulièrement insisté sur le dos qui était plein de « noeuds » (oui ça faisait super mal 😀 ). Pour finir avec un massage crânien bienfaisant de 30 minutes. Elle m’a demandé si je faisais du vélo à cause de mes jambes 😀 Trop contente que ça se voit 😀 (petit moment narcissique 😀 ). Puis un délicieux dîner aux « Couleurs du Terroir » à Montfaucon. Veggie, convivial, délicieux ! Départ pour Cernier où j’ai loué un studio pour mon séjour, histoire d’être seule avec moi-même (en fait, je faisais tellement d’activités que je n’y étais que de 00h à 7h… Hyper bien équipé avec une douche de ouf (avec les jets masseurs sur les côtés). J’ai rencontré les propriétaires que le jour de mon départ, leur sonnette étant foutue les fois où j’ai essayé d’aller les voir… Là aussi, des gens super sympas !

Il était tant de me rendre à mes premiers concerts ! Et pas des moindres ! Mark Kelly, que j’adore ! C’est lui qui a lancé cette 26e édition. Pas grand monde pour un jeudi après-midi et finalement c’est tant mieux ! J’ai adoré sa prestation, surtout quand il a pété une des cordes de sa guitare et qu’il chantait tout en la réparant 😀 Un vrai artiste ! A la fin du concert, je suis restée scotchée aux barrières de sécurité à le regarder ranger tout son barda. Et là, il me lance son dernier CD ! Trop heureuse ! J’ai trop envie de faire un selfie avec lui ! Soyons fous ! Alors je l’appelle et il me fait signe d’aller à côté de la scène. Finalement, j’ai eu droit à mon CD dédicacé, mon selfie et même une bise ! Trop heureuse la groupie ! Depuis, j’écoute son CD en boucle dans la voiture 😀 J’ai fini la soirée avec le concert des Insus et un peu de Silent Party (je trouve ça trop fun). Quelle première journée !

Vendredi, petite matinée tranquille avec mon papa. Je suis toujours heureuse de le retrouver puisque c’est rare que je retourne au Jura depuis mon exil en terres vaudoises. L’après-midi, j’ai pu faire ma première « rando-course-husky » chez Anouck, une nana avec une personnalité incroyable, comme j’adore. Elle est l’heureuse propriétaire d’une meute d’une quarantaine de husky, une des plus grandes meute de Suisse. Après-midi en immersion dans le monde des « chiens-loups » avec cette promenade d’environ 1h30 tractée par un jeune chiot d’une année, Django, qui voulait vraiment que je bouge mes fesses. Très belle balade dans la forêt et les pâturages en compagnie de Christophe, le sympathique assistant d’Anouck. Cette petite sortie « tranquille » m’a quand même coûté 2 cloques 😀 Pour terminer, j’ai pu entrer faire connaissance avec la totalité de la meute (immersion totale ! léchouilles en conséquence) et j’ai même été « acceptée » par deux des chefs, l’enclos étant divisé en plusieurs « sous-enclos » de plusieurs meutes. Grâce à Anouck, j’ai appris à communiquer de manière adéquate avec les chiens et en apprendre un peu plus sur leur comportement. Bref tout ça, ça m’a presque donné envie de courir avec un chien 😀

7291753-Chien_de_meute

Je repars pour le Chant Du, motivée à bloc, heureuse de cette magnifique rencontre. Promis, j’y retournerai cet hiver pour tester la trottinette-husky. Anouck m’a également proposé d’aller une fois avec elle sur son « kart » lorsqu’elle se fait tracter par 10 husky 😀 Adrénaline garantie. C’est sûr, je prendrai un jour de congé pour le faire 🙂 D’autant plus que le jour suivant, le hasard étant ce qu’il est, elle m’a dit qu’elle se rendait à une soirée dans le canton de Vaud, dans un village qui s’appelait comme le mien, organisé par… ma voisine du dessous… Le monde est petit non ? Je ne crois définitivement plus au hasard 🙂

IMG_3561

J’arrive juste à temps pour assister au concert de Matmatah pour ensuite finir aux premières loges, à la barrière, pour le concert de mon groupe préféré : Tryo ! J’ai attendu sagement tout devant pendant 1 heure pendant que Trust chantait sur la Scène Déménage. Environ 5 minutes avant l’arrivée de Tryo, Trust faisait son rappel et finissait avec…. ANTISOCIAL !!!! passé en direct sur les écrans géants de la Sainte-Scène ! Du coup, la seule chanson que j’aime de ce groupe, j’ai pu y assister, comme beaucoup d’autres fans de Tryo qui chantaient « antisocial » devant les écrans géants 🙂 J’étais heureuse comme une gamine qui découvrait que les licornes existent bel et bien ! En extase ! Tryo, c’est un groupe que je rêve de voir depuis des années et j’écoute leurs lives sur CD ! Et le Chant Du a réalisé mon rêve ! Un petit festival jurassien qui n’a absolument rien a envier à des festivals de masse comme le Paléo. Le Chant Du, c’est juste incomparable ! Et quel magnifique concert ! Tryo, c’est toujours parfait, c’est toujours du pur bonheur. Ils ont tout donné, comme à chacun de leurs concerts. Un groupe unique comme on en fait plus, d’une générosité incroyable. J’ai séché le Mae (que j’aime pas de toute façon 😀 ) et je suis rentrée direct, fatiguée mais tellement heureuse !

Samedi matin pluvieux mais non moins heureux. Je décide d’abandonner ma rando et d’aller prendre soin de moi au Centre de Loisirs de Saignelégier. 45 minutes de piscine, histoire de ne pas oublier que je dois quand même faire un peu de sport, puis bains thermaux, jacuzzi, sauna et encore un délicieux repas veggie au restaurant du centre. Quel kiff dans le bassin extérieur avec vue sur les pâturages et les vaches par 10 °C 🙂 Je revois mon papa pour le début de l’après-midi puis je retourne sur la montagne pour le reste des concerts. Le premier est celui d’Anach Cuan, un groupe valaisan de musique celtique. Ça tombe bien, j’adore ça mais je ne connais pas du tout ce groupe qui pourtant, fait de la très bonne musique qui donne envie de bouger ses petits pieds. Hypnotisée par ce groupe, je reste jusqu’au bout. J’attends encore une fois à la barrière à la fin du concert et je vois le batteur qui revient ranger son barda. Je l’appelle et lui demande une baguette. Encore une fois, j’ai bien fait de demander 😀 Je suis décidée à m’acheter leur dernier CD. Surprise, 6 musiciens sur les 8 me le dédicacent les 2 autres étant encore entrain de ranger leur matériel (dont le batteur qui m’a refilé une partie de son matos et le bassiste) 🙂 Encore une fois, ça commence fort pour la petite groupie 😀

Puis j’ai continué avec Renaud, qui m’a vraiment fichu un gros coup au moral. J’ai grandi avec ses chansons que j’adore pour la plupart. Quand il a commencé à chanter, je pense que mon menton ne devait pas être loin du sol… Le voir trembler en tenant son micro me donnait presque envie de chialer. C’est pas juste ! Mais au bout de 2 chansons, on oublie sa voix rocailleuse et puis comme il l’a si bien dit, les spectateurs de la Sainte Scène, pleine à craquer, n’étaient pas là pour écouter du Céline Dion 😀 Un très beau concert avec un Renaud très touchant. D’ailleurs, je n’ai pas pu retenir mes larmes quand il a chanté « En cloque » et « Mistral Gagnant ».

Je suis partie ensuite à la Silent Party puisque le jour avant, impossible d’entrer dans la tente tellement c’était bondé. Sans compter les marmots qui se barraient dehors avec les casques pendant que ceux qui voulaient entrer attendaient que les casques reviennent (toooooooout va biennnnnnn). Là, pour le coup, gros pouce en bas pour l’organisation… L’année passée, seuls les plus de 18 ans étaient autorisés à entrer et les casques restaient dans la tente… A refaire pour l’année prochaine donc, merci… Et même pour rendre le casque, c’était l’enfer, j’ai raté le début de Véronique Sanson alors que je m’y étais pourtant pris à l’avance pour sortir (même si au final, je n’ai regardé que 2 chansons… avant de rentrer me coucher). Les gens s’énervaient car de nouveau, aucun casque de retour puisqu’ils se promenaient à l’extérieur, certains dansant même à 10 mètres des sécu censés empêcher les casques de sortir… Alllllllô ! C’est pas compliqué de voir des casques lumineux en pleine nuit… Je suis vachement contente d’être allée à la party quand il n’y avait encore pas trop de monde 🙂 J’aime trop l’ambiance !

IMG_3604

Au retour de dimanche, je décide de faire encore un peu de sport en m’arrêtant à la piscine. De nouveau 45 minutes de natation et je me rends compte à quel point mes cours avec le CNY commencent à porter leurs fruits. Au lieu de m’arrêter après 25 m de crawl, je repars direct en dos crawlé. J’ai beaucoup utilisé les palmes, principalement pour faire la brasse (sinon ça passe pas, je fais du surplace…). J’avais très envie de me manger une piadina tomate-mozza aubergines grillées. Je suis donc allée à Ouchy et je me suis retrouvée un peu par hasard au milieu d’une manifestation Red Bull. Je mange peinard ma piadina et ma gaufre au chocolat pour apprendre qu’en fait, il s’agit de la Red Bull Caisses à savon de Lausanne…. Ok cool. Je me pose peinard contre la barrière, à côté de l’arrivée avec un saut. Sans m’en rendre compte, je me suis tapée une place privilégiée alors que je n’avais aucune idée de ce qui se tramait quand d’autres ont traversé la Suisse (et même ailleurs) pour venir voir ça 😀 Bref, une semaine de malade ! Gâtée du début et presque jusqu’à la fin 🙂

Tour du lac de Neuchâtel et initiation au cyclo-cross

IMG_3528

FullSizeRender 4

Première grosse sortie en vélo, done ! L’occasion pour moi de tester une boisson protéinée bio et vegan délicieuse que j’ai trouvée à la Coop de la marque Nu3. Je ne suis partie qu’avec ça et un morceau de tresse. Autant dire que je suis partie juste, peut-être un peu trop…

Cette grosse sortie était également l’occasion de tester les gels que j’utiliserai pour Morat-Fribourg et le semi-marathon de Lausanne. J’ai utilisé les pastilles High5 Zéro pour ma boisson isotonique ainsi qu’une gourde d’eau pure. J’utilisais les deux à chaque fois que je buvais. Pendant la première heure, je n’ai utilisé que cela. J’étais tellement euphorique de cette sortie vélo qui se passait à merveille que j’ai complètement oublié de m’apporter les premiers apports glucidiques. Des petits maux de tête se sont fait ressentir me rappelant que je ne devais pas griller toutes mes cartouches sur les premiers 30 km. J’ai donc fait appel à mon gel Sponser Liquid Energy.  Je ne sais pas si c’eFullSizeRender 2st psychologique ou que c’est vraiment très efficace mais au bout de 20 minutes, je n’avais plus aucun mal de tête et je me sentais fraîche comme si ma sortie venait de commencer. Je déteste tout ce qui est chimique et je ne suis pas une grande fane de tous ces sucres modifiés mais je dois avouer que ce jour-là, ils m’ont été d’une aide très bénéfique. Le gel Sponser est très bon. Il n’a pas d’arôme spécial, un peu comme avaler des cuillères de sirop d’agave. Ce n’est vraiment pas mauvais, surtout quand on le fait passer avec de l’eau. Approuvé et donc, adopté. Il sera sans conteste dans mon attirail pour mes prochaines grosses courses. J’ai également mangé des pâtes de fruits trouvées également chez Athleticum. Délicieux ! J’ai moyennement apprécié la barre PowerBar. Je continuerai donc avec mes pâtes de fruit et le gel Sponser. Comme je suis friande de noix de cajou et d’abricots secs, je remplacerai donc facilement ces barres.

Sans titre

4h40 pour 93 km, c’était plus en mode tourisme qu’autre chose. Je n’ai pas les jambes d’une cycliste aguerrie mais je suis plutôt contente de mon résultat. D’autant plus que mon itinéraire était parsemé de plusieurs km de chemins de terre et de cailloux qui m’ont un peu empêchée de maintenir une cadence normale. Les VTTistes et les randonneurs me regardaient d’ailleurs un peu bizarrement 😀

IMG_3524

Résultat de la course, 120 heures de récupération auxquelles j’ai pu ajouter 16 h après mon entraînement piscine le soir-même. Entraînement qui s’est tout de même super bien passé. Aujourd’hui, je sens que j’ai surtout besoin de repos, je me sens un peu fébrile… et surtout, j’ai besoin de manger ! Je vais donc laisser tomber exceptionnellement ma séance de natation et mon cours de body pump…Je n’ai pas encore pu récupérer les 2600 calories que j’ai brûlées rien qu’en faisant du sport sur la journée 😀

Tarte aux pruneaux

IMG_3520

Ingrédients :

  • 1 abaisse de pâte à l’épeautre
  • 600 g de pruneaux coupés en 4
  • 2 cs d’amandes moulues
  • 200 g de crème fraiche
  • 0,5 dl de lait d’avoine (pour liquéfier un peu si besoin)
  • 1,5 cc d’agar agar
  • 4 cs de sucre brut
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 cs de maïzena
  • un peu de sucre pour parsemer avant de mettre au four

Déposer la pâte dans un moule, piquer à la fourchette, ajouter les amandes moulues puis les pruneaux.

Mélanger la crème, le lait, la maïzena, l’agar agar, le sucre et le sucre vanillé puis répartir sur les pruneaux. Parsemer de sucre.

Cuisson dans le bas du four préchauffé à 220 °C pendant 30 minutes. Laisser tiédir et servir. Un régal !

Réf : Betty Bossi

Un déo maison et 100 % naturel !

FullSizeRender 3

Cela fait un moment que je n’utilise que du bicarbonate de soude en guise de déo mais parfois, faute de temps, je pique celui de chéri qui sent super bon (pendant 1 heure seulement, après ça vire vite à l’odeur qu’on connait bien…) et qui ne contient aucune de trace d’aluminium et je regrette très vite ma flemmardise. Déjà de 1, j’ai horreur d’utiliser un surplus de poison chimique sur mon corps dont je pourrais très bien me passer et de 2, je suis saoulée par ces publicités à la télé qui nous vantent le fait de sentir la fleur d’oranger pendant 48 heures, en particulier les déo pour le « sport » (bonjour l’hygiène quand même…).

Et pourtant, le bicarbonate de soude ne m’a jamais lâchée ! Que je dorme toute la journée ou que je fasse une course de 10 km ou un cours de spinning, je n’ai jamais senti la transpiration. De plus, le bicarbonate est complètement inodore. Les seules fois où je me suis sentie vraiment très gênée c’est justement quand j’ai utilisé ces déo commerciaux et que je sentais avant même d’avoir commencer mon entraînement sportif après une matinée à avoir simplement bossé sur mon ordi…

C’est un peu cela qui m’embête. N’étant pas une grande consommatrice de parfum, j’aurais bien voulu que mon déo ait un petit parfum sympa et fut, reconnaissons-le, un peu plus pratique… C’est vrai que devoir mettre du bicarbonate dans le creux de sa main, l’humidifier avec de l’eau puis frotter la pâte sous son aisselle pour ensuite enlever le surplus à la lavette, bof, surtout quand tu es en déplacement. Donc du coup, j’ai trouvé cette super recette sur le site de Biocoop !

Nous n’avons besoin que de 6 ingrédients :

  • 2 cs rases de beurre de karité
  • 2 cs rases de bicarbonates de soude
  • 2 cs rase d’arrow root (ou de fécule)
  • 15 gouttes d’HE de géranium rosat
  • 15 gouttes d’HE de lavande vraie
  • 15 gouttes d’HE de palmarosa

On fait fondre le beurre de karité au bain marie puis on ajoute le bicarbonate de soude. On remue bien puis on laisse reposer 1 minute.

Ensuite, on ajoute la fécule, on remue bien et on ajoute les huiles essentielles. On fini toujours en remuant et on conserve dans un petit pot qui se gardera pendant 6 mois !

A votre casserole !

Edit du 4 septembre 2017 : Après une sortie vélo de 95 km avec comme seule protection déodorante ma pâte faite maison, je vous confirme qu’elle est très efficace ! Aucune odeur a signaler !

FullSizeRender 2